Les 3 pièges à éviter pour vous libérer enfin de la dépendance affective

Aujourd’hui, je vous propose dans cette vidéo de découvrir les 3 pièges qui vous maintiennent dans la dépendance affective. En apprenant à les identifier, vous saurez comment les éviter et vous ouvrirez la voie à la guérison profonde de la dépendance affective.

Comme vous le verrez, même si vous pensez ne pas être concerné par ces trois pièges, les connaître vous aidera de toute façon à vivre une relation épanouissante comme vous y aspirez.

Les 3 pièges de la dépendance affective et comment les éviter

Ces 3 pièges sont :

  1. Le déni.
  2. L’identification.
  3. La Limitation.

Notez que ces 3 pièges vous permettront, non seulement de sortir de la dépendance affective, mais aussi de toutes autres formes de dépendance (dépendance sexuelle, dépendance à la nourriture, etc.), car le mécanisme de la dépendance est le même dans tous les cas.

Tant qu’au moins un de ces 3 pièges est encore en place, un soulagement ou un allègement de la dépendance est possible, une rémission aussi, mais pas une véritable guérison. Dans ce cas, vous pourriez retomber à nouveau dans la dépendance. Il vous faut donc éviter ces3 pièges en commençant par bien les comprendre et ce qu’il implique vraiment.
 
C’est pour cela que dans cette vidéo, il ne s’agit pas de simplement soulager les symptômes ou même de les faire disparaître. Ni même de trouver une solution partielle à la dépendance affective, mais bien de la guérison profonde de la dépendance.

La différence est immense, car le résultat de cette véritable guérison de la dépendance affective, c’est que vous êtes désormais prêt à vivre une relation d’Amour Authentique.
 
Guérir et vous libérer de la dépendance, c’est vous en libérer définitivement, et ne plus jamais laisser une relation affective vous mettre dans un état de honte, d’abandon, d’humiliation ou de désespoir.
 
Et cela est possible parce que la guérison profonde de la dépendance se produit quand vous touchez la véritable cause de celle-ci : les blessures du passé (appelées aussi blessures de l’enfance ou blessures émotionnelles) et plus profond encore jusqu’à la cause des causes : la blessure originelle. 
 
Vous saurez aussi pourquoi nous sommes tous plus ou moins concernés par la dépendance affective, en faisant la différence entre la dépendance « pathologique » et la dépendance ordinaire ».
 
Je pose l’intention que cette vidéo puisse contribuer à vous donner l’élan d’aller vérifier par vous-même que la guérison de la dépendance affective est bien possible pour vous, que vous pouvez vivre l’Amour Authentique auquel vous aspirez, avec vous-même et dans une ou plusieurs relations harmonieuses et épanouissantes.
 
Laissez-moi vos questions ou commentaires dans l’espace ci-dessous.
J’y répondrai directement ou bien dans une prochaine vidéo.
 
Et n’hésitez pas à la partager si elle vous a plu, cela peut aussi être utile à vos amis.
 
Dans la Joie de partager, bien à Vous, Marc Fleuriet.

About Marc

Passionné par la vie, je partage mon expérience de l’éveil de la conscience et du développement du potentiel humain à la fois par ce blog et mon activité de coaching de l’Être.

This entry was posted in Blessures du passé, Dépendance affective, Vidéos and tagged , . Bookmark the permalink.

67 Responses to Les 3 pièges à éviter pour vous libérer enfin de la dépendance affective

  1. mathieu says:

    bonjour Marc,
    je vous ai découvert depuis peu et j’aime ce que vous proposez, car je crois que vous êtes passé par des chemins difficiles, pour avoir aussi bien compris ces mécanismes.
    je fais partie des personnes qui ont développées un schéma de dépendance affective, car je croyais être dépendante affective ( merci de rétablir cela.)je ne suis plus dans le déni
    je crois que ma plus grande blessure c’est le manque d’amour des parents dans mon enfance, mais élevée par une grand mère extraordinaire, pas trop vivante en elle.
    je suis en chemin vers la guérison, je dis bien en chemin, en lisant votre article, j’ai compris pourquoi j’ai développé ce comportement.mon désir aujourd’hui c’est de vivre des relations amitiés/amour sereines sans tout mélanger
    encore merci Marc!! à bientôt de vous lire ou écouter

  2. Anne Sophie says:

    Bonjour Mathieu,
    Vos commentaires m aide à comprendre ma dépendance mais n arrive pas encore a m en libérer. J ai vécu plusieurs relation amoureuse qui sont tombés en échec, effectivement je m oublais personnellement pour coller à la personnalité de mon conjoint jusqu a l étouffement de votre vie conjugale, il dit qu il ne sait plus ce qu il ressent pour moi et je le comprend nous n avions pas nos espaces personnel car je recherchais dans son regard et son attitude de l amour que je n avais pas pour moi même ! J en prend conscience je suis aidé par une psychologue mais j ai l impression de ne pas arriver a me libérer de cette dépendance qui attend toute ma vie
    Avez vous un conseil
    Merci

    • Marc says:

      Bonjour Anne-Sophie,

      Comprendre (au niveau du mental) la dépendance affective est une étape qui peut être utile dans votre libération, mais qui n’est pas suffisante.
      Cette compréhension doit être vécu et intégré par l’expérience, c’est en quelque sorte d’une compréhension « Cellulaire », dans votre Coeur et dans vos tripes, qui est nécessaire pour que vous vous sentiez libre et vivante.

      Pour vous libérer de cette dépendance d’une manière effective, je ne saurai trop vous recommander de vous faire accompagner par quelqu’un qui connaît les processus de libération de la dépendance. Il existe des méthodes éprouvées, mais cela ne fait pas partie à ma connaissance de la formation « standard » des psychologues.

      Les utilisant et les enseignant moi-même, je sais qu’il existe des approches éprouvées qui vous permettent de vous libérer de la dépendance affective d’une telle manière qu’à chaque séance d’accompagnement, vous pouvez ressentir la libération.

      Mon conseil est donc d’Oser vous donner l’opportunité d’expérimenter ces approches qui donnent des résultats tangibles et qui sont fondées sur la reconnaissance de votre Être profond.

      Bien à Vous et je vous souhaite un beau chemin de liberté intérieur, Marc.

  3. François Major says:

    Bonsoir Marc,

    Je crois que en ce moment je vis une dépendance affective avec ma nouvelle amie
    et je me demande comme elle me suggere je dois vivre ma dépendance seul c’est a
    dire de la quitté pour aller en appartement seul et revenir avec elle plus tard lorsque je
    serai guéri

    François Major

    • Marc says:

      Bonjour François,

      l’essentiel dans la guérison de la dépendance affective est de restaurer l’Amour de Soi de manière à ne plus entrer dans la relation à l’autre « en manque ».
      Vivre seul peut être une stratégie utile pour réapprendre à vous aimer et à être heureux, mais à condition de vous focaliser sur l’essentiel : la restauration de la relation avec vous-même.

      En réapprenant à être heureux seul, vous serez alors dans les meilleures dispositions pour être heureux ensemble.

      Pour vous faciliter cette étape, je vous suggère de passer cette étape « seul » en étant bien accompagné, non pas par votre amie, mais par un coach ou un accompagnateur dans la libération de votre dépendance, des amis qui vous soutiennent, et pourquoi pas un groupe dans lequel vous trouverez suffisamment de ressources et d’accueil pour vous reconstruire sur des bases saines.
      Par exemple, un groupe de Biodanza.

      Enfin vigilance : vous n’êtes pas un « malade », la « dépendance affective » est quelque chose que vous avez, un conditionnement, une habitude et non ce que vous êtes.

      Comprendre que la dépendance affective n’est pas votre nature, mais la Liberté est important pour votre guérison. Guérir, c’est lâcher une habitude et donc être plus pleinement Vous-même.

      Avec l’intention que cela vous apporte un éclairage utile, je vous souhaite une belle continuation, Marc.

  4. molka says:

    bonjours
    je souffre de dépendance affective car je pense a l abondon de ma mere.j ettouffe mon partenaire je suis entrain de suivre une therapie c estvau debut je fais beaucoup d effort pendant une periode de temps et je replonge ca me fatigue je deviens meme depressive a l idee que mon partenaire puisse me quitter j essaie trop fort avec moi meme mais chaques echec représente pour moi une deception a un point que je veux en finir je suis trop attacher a mon partenaire d une facon possessive et obssessive quand il part j ai de l angoisse et rien que penser qu il pourrait me quitter un jours ca me rend folle je respire que par l autre. l autre est ma drogue. comment je fais je veux guerrir mais j ai pas les moyens je suis suivie par une psy mais mes drises se multiplie .es ce que je peux guerrir ?et comment faire?

    • Marc says:

      Bonjour,

      les seuls moyens requis pour vous guérir de la dépendance affective sont déjà en vous : c’est votre élan sincère à guérir et votre ouverture d’esprit.

      Une approche centrée sur l’Être peut en seulement quelques séances d’accompagnement vous aider à faire face à ces crises de dépendance et à savoir les traverser pour retrouver le bonheur dans votre vie.

      Se libérer complètement de la dépendance affective en allant se guérir des blessures de l’enfance ainsi que de la blessure originelle de séparation est tout un chemin.

      Cependant, les bases qui vous permettent de sortir des états dépressifs, de possessivité par rapport à votre partenaire, d’obsession, etc. peuvent être vus en seulement quelques semaines de travail sur Vous, par un accompagnement approprié et en Conscience.

      Vous pouvez sortir de ces crises, mais un psy n’est pas forcément formé à ces approches directes comme la thérapie de l’Être, le coaching de l’Être ou toute démarche d’éveil qui reconnaissent que vous êtes la Conscience.

      Ma recommandation pour vous est donc d’entreprendre une démarche thérapeutique, non pas basée sur l’hypothèse que vous seriez une personne dépendante, mais sur la reconnaissance de Ce Que Vous êtes Vraiment.

      Cela peut faire toute la différence : toutes les démarches thérapeutiques ne se valent pas. Les démarches qui fonctionnent font une différence dès la première séance !

      En étant accompagné de cette manière en Conscience, vous pourriez en peu de temps vous sentir de plus en plus apaisé et retrouver votre Joie de Vivre, libéré pour de ces angoisses.

      Faites-vous confiance, il existe des moyens appropriés, j’espère que ce message vous suscitera en vous l’inspiration à faire les pas nécessaires pour vous retrouver.

      Bien à Vous et belle continuation, Marc.

  5. junas says:

    Salut marc…je suis très intéressé par ce sujet, en lisant votre article je viens de comprendre que je suis dans la dépendance affective depuis plus de 3 ans…en fin cette dépendance était si grave au point de la dépression…je réalise en effet que je dois me libérer les pensées pour vivre en harmonie et regagner l’amour et l’estime de soi et ne plus attacher mon bien être à qui que ce soit…je vous avoue que j’ai passé des moments très pénibles en dépit de cette dépendance, mais j’en ai un grand désir ainsi qu’une grande volonté de guérir…je vous remercie infiniment

    • Marc says:

      Bonjour,

      merci pour votre appréciation.

      Mon intention en écrivant cet article est de passer le message que Oui, c’est possible de se sortir de la dépendance affective, même si cela fait des années, même si cela atteint le stade de la dépression.

      Confiance : votre grande volonté de guérir est suffisante pour vous guider sur votre chemin de guérison.

      Des approches centrées sur Ce Que Vous êtes Vraiment sont particulièrement efficaces pour cela, car elles vous permettent de restaurer l’Amour de Soi, qui est le noeud qui tient toute la dépendance affective.

      Je vous souhaite un magnifique chemin de guérison, bien cordialement, Marc.

  6. lainé says:

    bonjour marc
    En faisant des recherches sur mon mal étre que je vie depuis presque sept ans j’ai enfin trouver que ca provené d’une dépandance affective .j »ai beaucoup de mal a vous écrire car je suis en pleine crise je nést plus de nouvek de l’homme que j’aime et cele me fait terriblement souffrir je crois que notre relation est fini depuis longtemp mais je veus pas l’admettre j »ai pris rendez vous avec un médecin adictologue en attendant pensez vous que mon médecin traitant pourais me donner un traitement ?comment trouver les groupes de paroles ? merci pour votre aide

    • Marc says:

      Bonjour,
      selon mon expérience, les « traitements » avec des médicaments peuvent soulager temporairement, parce qu’ils vous anesthésient de la douleur causée par la dépendance, mais il ne traite absolument pas la véritable cause de celle-ci.
      Le problème principal d’un traitement par les médicaments, c’est qu’il vous coupe de votre sensibilité, donc de la Vie que vous êtes. Ainsi, vous ressentez moins la douleur, mais aussi moins la paix, la joie, l’enthousiasme, l’Amour et devenez peu à peu ce que j’appelle un « Mort-Vivant ».

      Je vous invite plutôt à vous tourner vers les traitements qui sont basés sur l’accueil des ressentis et qui vous permettent de vous libérer de la dépendance affective et donc de la souffrance causée par cette dépendance de manière durable. Pour cette raison, les groupes de paroles me semblent préférables, car ils vont plus dans ce sens.

      En vous engageant vers un traitement de la dépendance affective qui s’occupe de la cause vous pouvez sortir de votre mal-être sans aucun traitement chimique. La base d’une vraie guérison est fondée sur la reconnaissance de Soi, elle vous amène à établir l’Amour de Ce Que Vous êtes de manière à pouvoir établir des relations basées sur l’unité et la complétude plutôt que le manque et la séparation.

      J’espère que ces brèves réflexions pourront vous éclairer, l’essentiel à retenir est que vous pouvez cesser de souffrir en vous faisant accompagner pour retrouver l’Amour qui est au fond de Vous.

      Avec Coeur, Marc.

  7. Muriel says:

    merci Marc
    Oui le médecin ma préscrit un anti déprésseur et autre médicament pour les angoisse . pourtant je me sent bien pour moi ma souffrance néest que normal .Il me dis que c »est lié a ma petite enfance (l’abandon )cette abandon qui crée un grand manque affectif ,il suffit d »un grand amour pour réveiller ses manques qui me torture depuis qu’il ma quiter ..Je vais pas prendre le traitement et je vais contikuer a allez a ses rdv !
    pouvez vous m’indiquer comment je peu trouver des groupes de paroles j’abite toulouse depuis peu ?
    Merci pour votre partage de veccu ca fait du bien de voir con est pas stupide .

    • Marc says:

      Bonjour Muriel,

      Je suis d’accord avec votre médecin quand il dit que votre souffrance est liée à votre petite enfance, les blessures comme la blessure d’abandon qui engendre la dépendance affective sont des blessures d’enfance.

      Concernant l’usage des antidépresseurs, vous êtes libre et souveraine pour choisir en Conscience qui est le plus juste pour vous. Et selon mon expérience, ce n’est pas avec les médicaments qu’il est possible de guérir de la dépendance. C’est le processus de la Vie même qui guérit quand vous le laissez opérer avec Amour.

      Malheureusement, je ne connais pas de groupe de paroles sur Toulouse qui pourrait vous accompagner. Mais, confiance : en cherchant un peu ce qui vous correspond et vous inspire, vous devriez trouver. L’important est d’écouter votre intuition et de suivre votre Coeur.

      En vous souhaitant le meilleur qui est déjà en Vous, bien cordialement,Marc.

  8. Muriel says:

    bonjour Marc
    En faite quand on connais nos réel souffrances il est utile d »étre patien et gentil avec sois méme se donner la force de changer nos idées pour ne plus laisser la soufrance prendre le dessus et peu a peu elle s »éstompe .
    je pense toujour a mon amour que j »ai pour cet homme et je men donne le droit ces que des bon souvenirs et ne laisse plus ma sensibilitée réagir je me dis on verras bien un jour a la fois .
    merci pour vos conseil et échange muriel

    • Marc says:

      Bonjour Muriel,

      Tout à fait, il est judicieux d’être patient et gentil avec soi-même pour ne pas entretenir le déni de Soi. Au contraire, le processus de guérison consiste à restaurer l’Amour de Soi en nous aimant tel que nous sommes, là où nous en sommes, incluant notre zone de vulnérabilité.
      Quand vous réalisez que l’Être aimé, celui que vous attendez tant, c’est Vous, alors vous êtes libérés du manque et donc de la dépendance.

      Bien à Vous et cordialement, Marc.

  9. Muriel says:

    bonjour marc
    En effet je commence a ressentir les plaisirs que je me donne , je c »est dire non a ce que je ne veus pas faire et surtout je souffre pratiquement plus de ma rupture .
    Merci Marc continuer votre programme ca aide beaucoup.

    • Marc says:

      Bonjour Muriel,

      en effet, au fur et à mesure que vous percevez les symptômes de la dépendance comme un manque de Soi et non comme un manque de l’autre, il vous est possible d’aller traiter la dépendance à la racine.
      Chaque manifestation de ce manque affectif devient une invitation à retourner vers vous-même, vers le véritable Être aimé, toujours présent, Vous !
      Alors, comme vous le constatez, vous souffrez de moins en moins de la rupture.
      Et les « Non » que vous arrivez désormais à exprimer sont en réalité à OUI à vous-même ou plutôt à Vous-m-aime.

      Belle continuation et bien à Vous, Marc.

  10. Muriel says:

    Bonjour marc
    Aujourd’hui je m »appercois d »une difficultée a aimer la vie ce qui m »entoure et a quoi m »acrocher ?
    CA fait plusieurs jours ou je travaille beaucoup sur moi méme en me pardonnant en étant gentille avec moi (je suis pas parfaite ) je suis née tel que je suis avec mes forces et mes courages
    Mes enfants sons grand et je peu rien leurs demander
    J »ai fait tout ce que je pouvais du mieus possible

    • Marc says:

      Bonsoir Muriel,

      Courage et confiance, vous allez dans la bonne direction, celle de retrouver l’Amour en Soi, l’Amour de Soi.

      Pas à pas, à accueillir en Conscience chaque couche de peine, vous retrouvez peu à peu votre liberté d’Être.

      Belle continuation, Marc.

  11. Muriel says:

    Bonjour Marc
    hier je suis allez voir mon médecin adictologue ,suite a des testes , des questionnaire il a trouver chez moi un disfonctionnement des céllules de mon cerveau suite a un trés grand choc quand j »étais petite !
    Pour équilibré ces cellules il me faut un traitement peut étre a vie car bipolaire !
    je suis anéantie ,je reste chez moi ne vois plus personne et ne parle a personne !
    je sais plus quoi faire de ma vie

    • Marc says:

      Bonjour Muriel,

      Ceci n’est que le diagnostic et donc l’avis de votre médecin addictologue, la Vérité pourrait bien être différente.
      Ce n’est donc qu’une opinion, fondée sur les connaissances limitées de la médecine officielle.

      Selon mon expérience, les dysfonctionnements du cerveau sont parfaitement réversibles sans traitement. Le problème est selon moi, vient du fait que vous utilisez l’avis de ce médecine pour vous invalider.
      Je connais maintenant tant d’être qui se sont guéris malgré un diagnostic terrible de la médecine. Le pire selon moi, c’est de croire cela, ce genre de croyance invalidante est le poison même, c’est du déni de Soi.

      En fin de compte, c’est Vous qui choisissez en Conscience quelle attitude et quel traitement est juste pour vous, vous êtes seul maître à bord.

      Je vous propose de vous ouvrir à la possibilité que l’intelligence que vous êtes, qui est aussi l’intelligence de la Vie et de votre corps a toutes les ressources pour guérir si vous la laissez faire. Et si au lieu de donner du pouvoir à la médecine officielle, vous donniez le pouvoir là où il est vraiment, à la Vie que Vous êtes Vraiment ?

      À Vous de choisir, La Vie que vous êtes ou les croyances et diagnostics invalidants ? Êtes-vous prête à laisser la Vie agir à travers Vous ?

      Puisse mon avis vous éclairer autrement, Marc.

  12. Charlotte says:

    Bonjour
    Tout d’abord merci pour vos vidéos et textes, c’est très apaisant de les lire.
    Je me suis rendue compte depuis peu que je suis aussi concernée par la dépendance affective depuis ma nouvelle relation amoureuse. J’ai fait beaucoup d’efforts pour travailler sur moi et aller mieux et j’ai d’ailleurs eu de bon résultats au début mais tout à coup ça n’a plus été dutout .. Alors j’ai décidé pour la première fois de ma vie d’aller voir une psychologue mais ça s’est très très mal passé d’ailleurs je n irai plus jamais à aucune consultations de ce genre car je suis ressortie beaucoup plus perturbée.
    C’est difficile à vivre car je suis très angoissée et je lis partout sur internet que pour guérir on est obligé d’être suivi par un professionnel.. Sauf que je n en ai pas les moyens malheureusement. Et étant très timide au point d’être incapable de parler en public je me vois mal aller dans un groupe pour en parler justement.
    Je ne sais donc plus quoi faire, j’ai l’impression d’être en face d’un mur et ne plus pouvoir avancer… Je continue évidemment mon travail sur moi parce que je veux vraiment guérir mais ce n’est apparemment pas suffisant..
    Merci encore de partager votre expérience et vos conseils.

    • Marc says:

      Bonjour Charlotte,

      Je comprends votre découragement si vous avez eu une expérience difficile avec ce psychologue.

      Pourtant, je trouverai dommage de jeter le bébé avec l’eau du bain.

      Le travail de libération de la dépendance affective n’est pas si difficile que cela. Si cela demande trop d’efforts, c’est que l’approche n’est pas adaptée à votre cas.

      Une approche correcte donne de bons résultats sans forcer. Et un travail d’accompagnement de qualité vous permet d’avancer à votre rythme, avec aussi peu d’efforts que possible et des résultats qui durent.

      Il est possible de vous libérer seule de la dépendance affective, seulement c’est beaucoup plus long et cela demande de la persévérance, confiance et courage en plus. Le chemin le plus aisé passe par l’accompagnement.

      Dans votre cas, si vous avez eu peu de résultats ou des résultats qui ne durent pas, c’est soit l’approche utilisée qui n’est pas la bonne, soit c’est l’accompagnant qui ne vous convient pas, soit les 2 à la fois.

      Il existe aujourd’hui une multitude d’approche thérapeutique et d’accompagnants. Parmi, une telle diversité, j’ai confiance que vous pouvez trouver la bonne chaussure à votre pied.

      Le jeu en vaut la chandelle, vous pouvez être libre de la dépendance bien plus facilement que vous ne le pensez.

      Si une approche, un outil, un accompagnant n’est pas bon pour vous, je vous suggère de faire un nouveau choix en Conscience et en tirant parti de ce que vous avez appris de vos expériences précédentes. En effet, aucune expérience n’est inutile, les expériences qui ne vous donnent pas les résultats espérés vous apprennent à vous ajuster et vous rapprochent de votre but.

      De mon côté, concernant les approches, sur la base de ma propre expérience, je ne peux que vous recommander les approches de libération fondées sur l’éveil de la Conscience. Elles ont fait leurs preuves, et elles donnent des résultats durables, car elles s’occupent en priorité de la cause de la cause de la dépendance : la reconnaissance de ce que vous êtes vraiment.

      D’une manière concrète, pour l’accompagnement, je vous suggère de choisir un thérapeute avec qui vous vous sentez en confiance avec avez l’élan de travailler, plutôt que de choisir une méthode ou le thérapeute en fonction de la méthode qu’il propose.

      Pour moi, les outils et approches thérapeutiques sont utiles pour le début, mais les excellents thérapeutes n’en ont plus vraiment besoin, parce que l’outil, c’est eux. Donc si par sa seule présence vous vous sentez déjà mieux, inspirée et en confiance, je trouve que cela serait judicieux que vous fassiez un travail avec ce type de thérapeute.

      Avec la confiance que cet éclairage vous sera profitable d’une manière ou d’une autre, je vous souhaite une meilleure continuation dans la rencontre avec Vous-même, libre des conditionnements, Marc.

  13. Alexandra says:

    Je souffre de dépendance affective depuis des années. Dernièrement j ai remarqué que je ressent l amour des autres mais seulement par le geste et non dans les mots ou paroles. Je n’arrive pas à m aimer car tout ce que je fais me semble banal et enfantin. Ex je brode et quand on me dit que c’est difficile et que l autre personne ne sais pas le faire on dirait que je ne la crois pas car pour moi c trop facil même débile

    • Marc says:

      Bonjour Alexandra,

      en général, quand quelqu’un n’arrive pas à s’aimer, c’est qu’il ne reconnaît pas ce qu’il est véritablement. Il y a confusion entre certains comportements et histoires du passé et l’essence de ce que vous êtes. Ce que vous n’aimez pas, c’est un personnage que vous imaginez être.

      Retrouvez l’Être essentiel, ce que vous être vraiment, en partant de votre expérience directe dans le présent et il vous sera facile de vous aimer.
      Et remettez en question toutes les histoires à propos de vous-même : vous n’êtes pas ce que vous faites, mais ce que vous faites illustre ce que vous croyez à propos de vous-même.

      Une investigation profonde devrait vous aider à y voir plus clair, à vous reconnaître et à vous aimer, telle que vous êtes.

  14. Lola says:

    Bonjour, je vis depuis 30 ans avec un tyran, j’en ai conscience mais n’arrive pas z m’en séparer. Je ressens un grand vide horrible lorsque je veux le quitter. Comment guérir. Merci pour votre réponse.

    • Marc says:

      Bonjour Lola,

      je vous recommande de vous faire accompagner, de manière à avoir le soutien pour vous séparer de cette relation toxique. De plus, cela vous aidera à faire face à ce grand vide et vous pourrez constater qu’en étant accompagné, il vous est facile de le quitter, car ce grand vide perdra son pouvoir horrible. Vous pourrez alors commencer un travail de guérison et de reconstruction plus profond.

      Sachez qu’en tous cas, tous ces états difficiles ou horribles peuvent être évacués ou apaisés relativement facilement avec les approches et les accompagnements appropriés. Ce n’est pas parce qu’un état est vécu comme horrible que cela est pour autant difficile ou long à calmer. Au contraire, une intensité signale souvent qu’un état est prêt à se libérer s’il est pris en charge correctement.

      Faites-vous confiance, les ressources existent et sont là pour vous si vous choisissez de les activer, une fois en chemin, vous ne regretterez pas d’avoir fait le choix courageux de la liberté, je vous souhaite de connecter en vous cette force qui va vous libérer, Marc.

  15. Rolande Belisle says:

    Bonjour Marc
    Je viens de découvrir ton site il est énormément intéressant.. je suis une femme de 64 ans je vis seule et je suis dépendante affective. J’ai vécu beaucoup de déception a cause de cet état et je veux m’en sortir. J’aimerais vivre un Amour véritable et non affectif même a 64 ans je ne perd pas espoir et c’est avec ton aide que je vais m’en sortir.
    J’ai écouter la vidéo des 3 pièges et je n’ai que une seule demande a te faire … je n’arrive pas a aller en moi-même pour savoir d’ou vient ma dépendance .J’ai quitter mon mari après 33 ans de mariage ,suite a ça j’ai fas une dépression majeure avec 3 tentative de suicide dont la dernière j’ai failli y rester bon pour faire une histoire courte j’ai été en théraphie avec un psy pendant 3 ans et une intervenante venait me rencontrer chez moi pendant 3 ans . J’ai été en couple pendant 11 ans avec un autre conjoint mais c’est lui qui ma quitter .Mais je souffre toujours de dépendance affective je suis consciente que je ne connaîtrais jamais l’amour tant et aussi longtemps que je serais dan cet état .
    Merci de me lire
    Rolande

    • Marc says:

      Bonjour Rolande,

      la véritable cause de la dépendance affective est toujours la même : c’est la blessure originelle, qui se manifeste essentiellement comme un sentiment de manque, donc un vide à combler. Ce sentiment de manque venant lui-même d’une fausse identification à la personne. Cette activité qui maintient cette fausse identification est appelée « égo ».

      La voie de la guérison consiste donc bien à aller en Soi pour se connaître et se reconnaître tel que nous sommes Vraiment.

      Ainsi, ce n’est pas cet état de dépendance qui vous empêche de connaître l’Amour Authentique. La dépendance n’est qu’un symptôme, non la véritable cause.
      Qui êtes-vous véritablement ? Quelle est votre nature essentielle ?
      C’est en vous intéressant sincèrement à ces questions et en y répondant sans a priori que vous réaliserez que l’Amour et la Conscience sont votre véritable nature.
      Et par conséquent, au lieu de chercher l’Amour à l’extérieur, vous saurez que vous en êtes la source.
      L’Amour ne se cherche pas, il se donne.

      Je vous invite à considérer sérieusement la possibilité d’aller en vous-même pour vous révéler. Au premier niveau d’investigation, vous réaliserez que vous êtes la Conscience et non une personne. Et ce n’est que le début …

      Si aller en vous-même est difficile, je vous recommande de vous faire accompagner dans cette investigation profonde vers l’Amour de Soi. Mais c’est vrai que la majorité des Psy ne sont pas formés pour cela, alors choisissez-en un qui connait par expérience directe la véritable nature de l’Être humain.

      Il n’y a pas besoin de 3 ans de thérapie pour aller mieux, une approche directe, qui va Coeur même de l’essentiel en allant à la rencontre de Soi-même vous permettra d’aller rapidement bien mieux et de voir la Vie sous son vrai jour.

      Bien cordialement, Marc.

  16. Rolande Belisle says:

    Marc
    Je vais te visiter a tous les jours pour essayer de m’en sortir et rencontrer le véritable Amour . Ton site est super intéressant et je vais m’en servir enfin vivre une vie normale
    Merci

    • Marc says:

      Merci Rolande.

      Pour aller plus loin, je te suggère de prendre un principe ou une idée qui t’a particulièrement intéressé, de voir comment tu peux la mettre en application et de commencer cette expérimentation dès que possible. Tu constateras probablement que les plus grands bienfaits viennent en expérimentant, regarder des vidéos n’est qu’une étape préparatoire.

      Je te souhaite une belle expérimentation, au plaisir, Marc.

  17. audrey says:

    bonjour,
    vous dites que pour enfin enrayer cette dependance affective, il faut trouver la cause qui remonte a l’enfance, et couper le mal a la racine.
    Je pense avoir trouver cette cause; j’etais sans amis ou tres peu a l’ecole, et de surplus très timide.
    j’ai donc identifier, je pense, la cause.
    Mais apres que faire a partir de cela? comment couper le mal? merci

    • Marc says:

      Bonjour Audrey,

      pour enrayer la dépendance affective, il ne suffit pas de juste remonter à la cause dans l’enfance, c’est ce que font toutes les thérapies conventionnelles qui travaillent sur les blessures d’enfance. Cela peut aider, soulager, mais c’est insuffisant car la guérison radicale ne peut se faire qu’en allant à la cause des causes : la blessure originelle.
      Cette véritable cause de la dépendance affective n’est pas dans le passé. La blessure originelle, c’est la blessure de la séparation. Elle repose sur la fausse identification à la personne.

      Donc la première étape dans votre cas, c’est de reconnaître la véritable cause : pour qui vous prenez-vous quand vous vivez cette dépendance ? Cette question vous mettra sur la bonne piste.

      Maintenant, il est délicat de vouloir couper ce mal par soi-même. Le chemin le plus court et le plus aisé, c’est de vous faire accompagner. Un coach ou thérapeute compétent peut vous faire gagner des années, c’est de loin le chemin le plus facile.

      Ensuite, une fois que vous aurez une expérience directe et concrète de mettre fin réellement à la dépendance dans votre vie, vous deviendrez autonome et faire appel à un accompagnateur expérimenté deviendra de plus en plus optionnel.

      Bien à Vous et cordialement, Marc.

  18. laurie says:

    Bonjour Marc. De plus en plus je comprend que je fonctionne sur le mode dépendance affective, je suis de plus en plus étriqué dans cette problématique. J’ai lu « Ces femmes qui aiment trop » de Robin Norwood. Je me retrouve complètement dans ce livre. De son coté, elle dit que l’on est toujours malade et qu’il faut faire attention toute sa vie, effectivement comme les AA. J’avais eu une formation sur les addictions quand j’étais infirmière et le pris parti du formateur m’avait beaucoup plu. Il disait, comme vous, qu’il fallait bannir l’ »appartenance » à la « maladie » (Je suis alcoolique, je suis dépendant…). Bon, du coup, voulant vraiment avancer, changer de comportement, car je ne suis que dans des comportements qui me font souffrir : relation dépendante avec obnibulation de la personne, arrêt de la relation avec perte et fracas et fuite dans le travail, fuite de tout (je bouge tout le temps d’endroit sans en supporter un… oui je sais que ce n’est pas les endroits, les personnes, les travails qu’ils faut changer mais soi…), retrait et perte/ peur de la relation sociale (je m’enferme et ne fais rien, ne me sentant bien qu’avec peu de gens et surtout très peu de temps. Sans m’en rendre compte, au fur et a mesure, je me suis enfermée dans une non vie très réglée), et désinvestissement de ce qui pourrait me faire du bien ‘dessin, chant, marche, guitare, cuisine). Bon, vous dite que l’on peut couper le mal et vous parlez de blessure originelle… Mais comment fait on? Connaissez vous un thérapeute qui puisse m’aider vers toulouse ou je vais passer 2 mois avant l’été? J’ai compris qu’il fallait que je prenne soin de moi, mais j’ai du mal a me mettre en place. Pourtant je vais voir des praticiens et ce depuis plus de 10 ans. J’ai beaucoup avancé et je souffre moins, mais ce n’est qu’aujourd’hui que je met le doigt sur la dépendance affective. Je voulais aller au groupe de dépendant affective anonyme(et la projection que j’ai faite sur mon appartenance a ce trouble, m’a tout de suite soulagé. Parler de soi comme avant tout quelqu’un de dépendant mais mainteant abstinent depuis … année m’a rassurée, mais je ne pense pas que ce soit une bonne solution. Car c’est le meme fonctionnement que les AA avec tout le cortège d’acceptation de la maladie a vie je pense. Que sauriez vous me conseiller? Je vous remercie d’avance. Laurie

    • Marc says:

      Bonjour Laurie,
      je ne connais pas de thérapeutes dans la région de Toulouse qui travaille au niveau de la profondeur de la Blessure Originelle. Nous sommes fort peu dans la Francophonie, ce travail au niveau de la cause des causes est encore peu répandu, mais il est en émergence et j’ai confiance qu’il va peu à peu se diffuser et devenir plus accessible.

      Néanmoins, le critère essentiel n’est pas d’abord le « Comment ? », le « Où ? » ou le « Avec Qui ? », l’essentiel est d’abord votre profonde décision de vous libérer en profondeur de cette dépendance et de tous ces conditionnements.
      Quand vous l’avez vraiment décidé au fond de Vous, alors vous trouvez les moyens pour réaliser ce travail de libération. Avec cet élan sincère et vraiment engagé, si le thérapeute qui vous convient n’est pas dans votre région, vous vous déplacerez ou bien vous ferez les séances à distance.
      D’ailleurs, en général, je ne recommande pas de choisir son thérapeute de manière « Discount », c’est à dire selon des critères comme : le moins cher, le plus près de chez moi, celui qui a les horaires les plus faciles, celui qui va seulement me dire ce que je veux entendre et qui va donc rendre les séances très confortables (mais bien peu productives en termes de résultats réels), etc.

      Tout commence par une décision, le bonheur est un choix, être libre, libre de la dépendance, peur, souffrance, conditionnement est un choix.

      Êtes-vous prête pour cela ? Et donc êtes-(vous prêtes à faire face à ces vieux schémas pour vous en libérer, même si cela passe par un moment d’inconfort ?

      Une fois que vous avez pris cette décision, véritable, sincère, engagée, alors vous avez juste à vous mettre en chemin, de votre mieux, un pas à la fois, en évitant le piège de la perfection. Autrement dit, quelle est la meilleure action disponible maintenant qui va aller dans le sens de votre décision ?
      Par exemple, si cette action est de choisir un thérapeute dont l’approche parle à votre coeur, même si celui-ci ne sait pas travailler jusqu’à la profondeur de la blessure originelle, cela vous rapprochera peu à peu de cette liberté.

      L’essentiel est de vous mettre en chemin.

      Enfin, j’ajouterai qu’un des critères importants pour moi, ce sont les résultats concrets. J’ai l’expérience que se libérer de la dépendance ne prend pas des années. Ainsi, dans votre situation, je vous suggère de privilégier les approches dont vous pouvez évaluer les progrès concrètement de séance en séance.

      J’espère que cela vous aidera à voir plus clair en vous, bien cordialement, Marc.

  19. Damien says:

    Bonjour Marc,

    J’aimerai que vous m’aidiez… Mon père c’est suicidé j’avais 5 ans.. Ma mère est partie en maison de repos et j’ai fini chez mes grands parents. Une grand mère possessive… A l’heure ou j’écris ses quelques lignes je viens de faire fuir ma femme et j’ai fais une grave tentative de suicide.
    Aidez moi…

    • Marc says:

      Bonjour Damien, oui, je peux vous aider si c’est votre choix.
      Le plus simple est que vous me contactiez directement pour prendre rendez-vous en passant par le formulaire de contact : http://www.etrecreateur.com/contactez-marc-fleuriet/ , indiquez-moi votre téléphone et vos disponibilités pour que je reprenne contact avec vous directement et que je puisse vous accompagner à traverser cette phase douloureuse.

      Bon courage et à très vite, Marc.

  20. B says:

    bonjour
    je ne sais pas si je suis vraiment de la dépendance affective ou un coupe de foudre.
    Je suis mariée depuis 17 ans et j’apprends depuis qq mois que mon mari est en effet un pervers narcissique. je ne l’aimais pas vraiment enfin mon amour pour mon mari a beaucoup diminué.
    Depuis que mon ami que j’ai été amoureux il y a 18 ans, est revenu m’a appelé pour aller faire du ski. mais cet homme c’est moi qui l’ait quitté car je ne l’avais pas vraiment aimé.
    En allant faire du ski ensemble avec sa femme et mon mari, j’ai eu le coup de foudre pour cet ami de longue date (dont je l’avais quitté)
    il me semble qu’il faisait ce geste pour prouver son amour ancienne. Maintenant je n’arrive plus a le quitter j’appelle tout le temps cet ami et meme plus.
    j’ai peur de perdre cet ami que j’aime tant. (compliqué) il m’aime encore mais il a peur.
    alors je voudrai tres vite me soigner pour qu’il m’aime.
    comment faire?

    • Marc says:

      Bonjour B,

      Vous semblez confrontée à une situation bien difficile. Retenez une chose essentielle avant toute chose : pour dénouer une série de noeuds, il faut commencer par le premier ! En l’occurrence, ici, faire le point sur votre couple ne serait-il pas le début de la solution ? Votre mari se résume-t-il à un pervers narcissique ? Nous avons tous en nous une partie sombre, mais cela ne suffit pas à définir qui nous sommes pour autant. Attention aux articles vites rédigés qui font la chasse aux sorcières ! Il n’y a que Vous qui pouvez savoir.

      Pour ma part, je trouve cela plus constructif et plus beau de réparer que de jeter lorsque c’est cassé. L’idéalisation est aussi un piège qui mène facilement à la déception. Apprendre à accepter l’autre avec ses défauts est plus mature et source de plus de satisfaction. Bien évidemment, parfois cela n’est pas aussi simple…

      Je vous conseille humblement de faire le point avec vous même pour comprendre ce qui, en vous, est en souffrance. Sans une conscience nette de la situation, pas de résolution efficace et appropriée.

      Quoi qu’il en soit, l’honnêteté vis-à-vis de tous est une clé majeure des relations authentiques et épanouissantes.

      A vous de voir et de faire vos choix en Conscience, pour le meilleur, Marc.

      • daniel bergeron says:

        Bonjour Marc, j’ai vécu pendant 16 ans avec une perverse narcissique. Je croyais contrôler la situation et me levais tout les matins en me posant las question comment je vais le rendre heureuse aujourd’hui. Chaque matin elle avais une nouvelle histoire pour m en vouloir, que ce sois un évènement d hier, du passé lointain ou même quelque chose quelle appréhendait du futur. Elle m’a éloigné de tout les gens que j’aimais incluant mes mes enfants. Les crises à répétition, les claques dans la figure, les mots blessant etc etc. Bref elle m’a quitté il y a 2 mois et au lieu de me sentir libéré, je suis en dépression et arrêt de travail, je suis très triste car j’avais investi beaucoup dans la relations. Nous avions tout pour être heureux, belle maison, beau bateau, beaux enfants et même belle petite enfant. Rien ne la rendais heureuse, rien. Elle vivais dans un monde de conflit et m’en voulais à moi et aussi, tristement, à son propre fils qu’elle n’a jamais donné de bonne valeurs. J’ai essayer tant bien que mal de l’aider et de le guider ce qui l’aurais assurément aidé mais elle ne voulais rien savoir en me disant que je n’étais pas son Père. Aujourd’hui il a 19 ans, ne travail pas, ne va pas à l’école et a les épaules ronde avec aucune confiance en lui. La question je me pose, au lieu de me sentir libéré, pourquoi je suis sur les médicaments et en dépression et en arrêt de travail, il y a quelque chose dans cette personne qui m’attire, je croyais que le temps arrangerais les choses mais j’ai trop été tolérant et j’en paye le prix aujourd’hui. J’essaie de compenser avec mes enfants que j’adore , mes amis et tous me supporte et m’aime. Mais je me sent si seul, pourquoi?

        • Marc says:

          Bonjour Daniel,

          Voici une réponse directe à votre question et donc sans histoires inutiles, j’espère que vous pourrez la recevoir :
          votre sentiment de solitude ne vient pas de cette personne qui vous attire, mais d’un sentiment de manque plus profond que j’appelle la blessure originelle. C’est à dire, de la séparation avec vous-même. C’est de Vous, du Vrai Vous dont vous manquez et que vous cherchez en réalité.
          Et ce qui cause cette « séparation », c’est une fausse image de vous-même à laquelle vous vous identifiez. Autrement dit, le fait de vous prendre pour quelqu’un que vous n’êtes pas vous coupe de l’Être que vous êtes en Vérité.

          Et c’est là le point clef : il y a un attachement au fait de se prendre pour ce quelqu’un que vous n’êtes pas et que vous n’avez jamais été. Ce qui veut dire que la véritable dépendance n’est pas à l’autre, mais en d’abord à cette fausse image de vous-même.

          En comprenant bien ce qui est dit ci-dessus et en investiguant dans cette direction (que suis-je réellement), vous pouvez économiser des années de souffrance et de thérapies. Les approches qui abordent la question que vous posez de la manière dont je l’expose sont les approches directes, ce sont les approches d’éveil de la Conscience, par contraste avec les approches conventionnelles, psychologiques et progressives.
          Ce sont celles que je recommande, car personnellement, je ne vois pas l’intérêt de passer par un chemin plus long et difficile, surtout quand l’on souffre.

          La bonne nouvelle, c’est qu’en rétablissant la Vérité à propos de Ce Que Vous êtes Vraiment, vous allez lâcher la fausse identification et avec le manque et la dépendance.

          À vous de jouer, vous avez la direction, c’est à vous de vous engager sur ce chemin si cela vous appelle.

          Bien à Vous et cordialement, Marc Fleuriet.

  21. fenal says:

    Bonjour
    depuis 6ans, j étais en couplé avec un homme .
    Les 4 premières années ont été géniales et après il m à trompe 2 ans.
    Depuis ce temps, je vis un calvaire et j ai accepté ce couple à 3. Je ne l aurais jamais du car j étais sous son emprise et j ai décidé de rompre il y a une semaine et c est très très dur car c est la que je me rends compte que je suis addicte de cet homme.
    je suis mal et j ai peur de ne pas m en sortir et de retomber ds ses griffes.
    J attends vos conseils
    Merci

    • Marc says:

      Bonjour,

      Votre décision est sage, savoir mettre en terme à une relation toxique est acte de courage et de lucidité. L’urgence pour vous est déjà d’apprendre à accueillir et déposer cette peine. Cela n’est pas très compliqué, mais c’est difficile si vous voulez le faire seul, même avec toutes les explications du monde.
      Dans votre situation, il m’apparaît clair que vous avez besoin de soutien, d’être aidé par un accompagnateur expérimenté qui vous aidera à traverser cette épreuve et à en sortir libéré.
      C’est de loin la voie la plus aisée et simple que je connaisse, cela ne nécessite que votre libre choix de vous y engager, bien à Vous, Marc.

  22. christine says:

    Bonsoir,
    j’ai lu les differents temoignages plus haut avec interet.
    Suite a une enfance difficile (alcool et violence du pere, abandon, abus …), peu d’amis, deprime, j’ai tout de suite developpé des relations amoureuses « toxiques » ( crises de jalousie…) avec le choix de partenaires complexes… . J’en ai pris conscience rapidement et j’ai decide de suivre plusieurs therapies « standard » pour moi et surtout a moment donné pour mes enfants. Malgre tout, je me retrouve proche de la cinquantaine, et je me sens piegee, coincee dans mon couple, avec le sentiment de passer a cote de ma vie. Il y a quelques jours mon mari repartait apres une escale d’une journee, il travaille et du coup vit a l’etranger et je me suis retrouvee en situation de crise: j’ai passé mon enfance a souffrir de ce sentiment de solitude aigu, solitude qui par ailleurs m’isolait des autres. Un gouffre que rien ne pouvait combler et qui faisait atrocement mal. J’ai reproche une fois de plus a mon mari ses absences alors que cela fait plus de 17 ans que cela dure!
    Aujourd’hui, il est vrai que ma relation de couple reste tres compliquée. Mais malgre tout je suis beaucoup plus en paix avec moi meme qu’auparavant. Toutefois, il est difficile de faire la part des choses. Mon mari ayant lui meme des problemes psychologiques (parents refugies de la guerre civile espagnole) qu’il refuse de traiter, meme s’il reconnait des etats depressifs, il m’est tres difficile parfois d’analyser correctement ce qui se passe.
    Mon mari a toujours ete absent, il n’etait pas la quand notre fille est nee et est arrive de justesse pour le 3eme. Il est en mouvement permanent. Je le soupconne d’avoir d’autres relations, comme il s’est avere dans le passe. Mais cela ne me dechire plus comme avant. Je l’ai en quelque sorte accepte, c’est desormais son probleme a lui. Nous vivions en Amerique Latine ou je l’ai rencontre dans le cadre de mon travail. Je l’ai quitte apres plusieurs annees de mauvais traitements psychologiques (humiliation, ..) avec mes 3 enfants mais au bout de 9 mois eprouvants , sans moyens financiers, il me laissait toujours dans le rouge, il a demande un transfert en Europe et je suis repartie vivre avec lui a sa demande.
    Donc en bref, oui les therapies conventionnelles ont servi pour soulager de vraies souffrances mais elles ne m’ont pas completement liberee. La solitude ne me terrasse plus comme avant, meme si de temps a autre il y a une crise.
    Aujourd’hui, je reve de reprendre le controle de ma vie, une activite et ne plus etre en situation d’attente. J’ai un bon niveau d’etudes, d’ailleurs je suis une formation universitaire actuellement dans le domaine des droits de l’homme, mais il me manque l’essentiel: prendre confiance en moi… Je sais que j’ai en moi beaucoup de peurs qui me paralysent et que je dois surmonter: peur de l’echec, peur d’etre ridicule…
    Je dois apprendre a me faire confiance, pour faire confiance aux autres. Je dois surtout comme vous le dites savoir qui je suis vraiment… Sinon j’ai beau accumule les diplomes, si je ne sais pas qui je suis je ne peux pas savoir ou je vais…
    Comme vous le voyez la volonté est la… je veux me liberer, pas de mon mari, ca c’est une autre histoire, mais des chaines que je me suis imposee moi-meme et qui m’etouffent!

    • Marc says:

      Bonjour Christine,

      et bravo d’en être arrivé à cette compréhension. Oui, ce n’est pas pareil de juste traiter et soulager les symptômes et d’aller jusqu’à la véritable cause de toutes cette souffrance.

      Je le dis, l’écris et le répète : la véritable cause est une identification à un faux « moi ». Tant que ceci n’est pas vu, compris et traité de la manière appropriée, il n’y aura pas une réelle satisfaction, juste du soulagement et quelque répit parfois.

      Mais ceci nécessite une véritable décision, prise avec le Coeur et non la tête. Je parle ici d’une engagement sincère, pris de tous votre Être, un engagement à Être Libre, un engagement envers Soi-même, pour l’Amour de la Vérité, pour l’Amour de Soi.
      Et aussi un engagement concret, incarné, qui s’exprime par les pensées, les paroles et les actions justes.

      Maintenant, puisque votre décision est là, le plus difficile est fait. Le Bonheur est un choix, mais a plupart d’entre nous ne prennent pas cette décision pourtant si simples et évidente. Le bonheur n’est pas vraiment leur priorité.
      Mais si la décision sincère est prise, alors ce que je recommande, c’est de vous faire accompagner pour soutenir cet élan et éviter les différents pièges du mental. Cela vous facilitera votre chemin, vous fera gagner bien du temps et de l’énergie …

      A vous de jouer, transformer votre décision en actions, qu’allez-vous entreprendre maintenant pour vous libérer ces chaines ?

      Bien cordialement, Marc.

  23. Murielle says:

    Je suis en peine d’amour ou dépendante affective…j’étais et je suis peut être en couple mais ne vivons pas sous le même toit. Depuis qq temps des chicanes pour un tout, pour un rien. La dernière une ancienne collegue lui a demandé sa commande de de sirop d’érable et elle lui a proposé merci pour le sirop mais je te ferai une fondue. C’était un jeudi soir. Il a dit ok. Il est intègre et je sais qu’aucun rapprochement ne se serait fait . J’ai sauté ma coche lui demandant je suis qui moi dans notre couple. Depuis ce temps nous nous voyons moins souvent. Nous avons passés 4 jours ensemble dernièrement et tout était ok.
    4 ans ensemble c’est certain que je m’ennuie et le temps est long. Lui travaille encore et moi retraitée donc il est plus actif que moi donc moins de temps à penser. Je fais du bénévolat ça m’aide.
    J’ai eu une enfance 10 sur 10 avec bcq d’amour.
    On se reverras mais quand?
    J’attends de ses nouvelles, il est célibataire et on fond je crois que l’amour est encore présent……que faire

    • Marc says:

      Bonjour Murielle,

      avant de répondre à la question « Que faire ? « , il est judicieux d’avoir de la clarté sur ce que vous voulez vraiment et de distinguer ce qui est essentiel de ce qui ne l’est pas. Sinon, votre action restera vaine et vous risqueriez de vouloir changer ce qui ne peut pas l’être. Par exemple, l’erreur commune dans une relation de dépendance et de vouloir ou espérer que l’autre change.
      Votre question « On se reverra, mais quand ? » illustre bien cela, car vous n’avez pas de prise directe sur le moment où vous le reverrez. Ce genre de question entretient la spirale de la souffrance.

      Donc, commencez par vous poser les bonnes questions, celle qui vous ramène à Vous. Que voulez-vous vraiment ? Quel est ce changement, qui ne « dépend » que de vous aimeriez-vous voir se réaliser ?
      Le changement qui ne dépend que de Soi, est principalement un choix d’ÊTRE. Cela revient donc à vous demander : qui aimerais-je être dans cette situation ?
      Répondez à ces questions et vérifiez qu’elle vous amène dans une zone plus paisible, signe que vous commencez à vous focaliser sur ce qui est vraiment important. La clarté apporte la paix et c’est ce que je vous propose en réponse à votre question.

      J’espère que cela contribuera, belle journée, Marc.

  24. RAMAGE says:

    Bonjour MARC,
    Je me sens complètement concerné par ce problème de dépendance affective .Il me semble avoir identifié le problème depuis longtemps,mais je n ‘arrive pas le surmonter.Il est dû essentiellement à l’amour sans limite que mon père nous portait accompagnée d ‘une surprotection qui finalement nous a infantilisée et cassée notre personnalité d ‘ou une dépendance affective qui s exprime en permanence par de la peur vis à vis de ma Femme qui a une forte personnalité et avec laquelle j ‘ai fait le transfert de l ‘autorité de mon Père ce qui me « pourrit » la vie .Merci de votre commentaire

    • Marc says:

      Bonjour Serge,

      Pour surmonter la dépendance affective, il vous faudra aller au-delà de l’histoire du problème. Comprendre d’où il a surgit dans votre enfance est une chose, mais ce qui guérit c’est l’Amour, ce qui libère, c’est la Vérité.
      Ce qui est vraiment à comprendre, c’est de réaliser que c’est ce manque qui entraîne la dépendance et que c’est allant à la rencontre de vous-même que se trouve la solution. La guérison concerne la relation de vous à Vous.

      Pour sortir du cercle de la dépendance, vous devez sortir l’autre, donc votre femme et donc l’histoire du problème, cela ne concerne que vous. La liberté se trouve là, et l’Amour peut jaillir à nouveau.

      Je vous souhaite un beau chemin de libération, cordialement, Marc.

  25. Annick says:

    Bonjour petite j’étais un vrai bisounours, papa me disait que j’étais sa sangsue,j’avais besoin de l’embrasser tout le temps, et puis a 44 ans j’ai perdu mon mari qui est mort d’une crise cardiaque. 5 ans après j’ai eu une relation avec un homme qui s’est révélé pervers narcissique ,relation qui a durée 5ans ,3 ans après nouvelle relation avec un autre manipulateur. Chaque fois , même si je sais que la relation n’est pas bonne pour moi, j’ai beaucoup de difficultés à quitter la relation . Je suis persuadée d’avoir des comportements de dépendance affective . Je pense peut-etre etre victime du syndrome d’abandon. Comment puis-je m’en sortir? Merci

    • Marc says:

      Bonjour Annick,

      vous en sortir est possible, vous pouvez vivre l’Amour auquel vous aspirez. Cela nécessite seulement une vraie décision. C’est la décision sincère de vivre d’Être Soi, de S’aimer, de vivre pour et par l’Amour. Et c’est ensuite la mise en application qui, d’une manière réaliste, passe par une phase d’accompagnement.

      Autrement dit, commencez par vous relier à votre Coeur et décider le plus sincèrement possible que votre priorité est de vous épanouir, vous réaliser et d’être heureuse. Puis agissez et faites-vous aider par ceux qui ont l’expérience de cela, cela rendra votre chemin vers votre plein épanouissement bien plus aisé.
      Rappelez-vous : une décision réelle est suivie d’action. Et le plus difficile, c’est de commencer.

      Bonne route et que cet éclairage vous soit utile pour prendre la décision qui peut changer votre vie, Marc.

  26. Sophie2903 says:

    Bonsoir Marc

    J’ai déjà lu énormément d’articles sur ce sujet, car vous le dites une partie de moi est dépendante affective, mais je vous avoue que le vôtre m’a redonné espoir. Je n’ai que 21 ans et j’ai vraiment connu le « coup de foudre » avec un garçon avec qui je suis sorti et qui a rompu au bout d’un mois pour retourné avec son ex copine. C’est vraiment cet événement qui à tout chambouler dans ma tête car je me suis sentie abandonnée alors que je n’y attendais pas … Car même si ça n’était qu’un mois de relation c’était extrêmement fusionnelle d’ou le fait que je me suis sentie trahie, perdu, abandonner lorsqu’il est parti … Pour revenir 2 semaine plus tard et cette relation à durer 9 mois dans la peur de perdre l’autre, d’angoisse lorsqu’il n’étais pas avec moi, de se méfier de l’autre, de ne plus avoir aucune estime pour moi-même au point ou j’en ai perdu mes cheveux … Je pensais que c’était ce garçon qui me faisait cet effet, mais au final j’ai rencontrée quelqu’un d’autre et ce schéma de peur, d’angoisse sans sa présence, l’exagération d’une dispute en abandon et les idées noirs qui en découlent recommencent …
    Franchement je ne sais plus quoi faire … J’ai essayé de consulté une psy lors de ma relation de 9 mois, lui expliquant bien mon problème que j’étais dépendante affective que j’avais besoin d’exister à travers les yeux de quelqu’un que sans l’autre j’étais perdue .. Et elle m’a dit que je devait faire un travail sur moi même sans me préciser lequel et c’est tout elle ne m’a même pas redonner de RDV … Je me suis sentie d’autant plus seule face à mon problème car forcément lorsque j’en parle à mon entourage personne ne me comprends ni n’écoute réellement ma souffrance ou ne veut pas la voir je ne sais pas … Mais le problème est que là je me sens tellement seule et démunie face à ce problème que je n’arrive pas a résoudre seule que je ne sais plus quoi faire … Quel type de thérapie conseillez-vous et vers quelle personne pourrais-je me dirigé vu mon problème ?

    Bonne soirée

    • Marc says:

      Bonjour Sophie,

      sachez déjà que même si la dépendance engendre une souffrance intense, vous pouvez vous en libérer bien plus facilement et rapidement que vous ne le pensez. C’est un peu comme avoir une épine dans le pied : c’est douloureux, mais en général, enlever l’épine n’est pas très difficile.
      Ce que je vous conseille, c’est d’accepter de vous faire accompagner, il est difficile de s’en sortir seul, cela peut-être très frustrant, décourageant et même engendrer de la culpabilité. Pour vous en sortir, il vous faut d’abord choisir un thérapeute qui vous comprenne et avec qui vous sentez une bonne résonance. Il est en effet important pour traiter la dépendance que vous vous sentiez en sécurité, accueillie et comprise.
      Cela peut bien sûr vous demander d’aller voir plusieurs thérapeutes avant d’en choisir un qui vous convient.
      Selon moi, le choix du thérapeute est encore plus important que la thérapie, parce que c’est d’abord la relation qui guérit, d’autant plus dans le cas de la dépendance. Autrement dit, s’il n’y a pas d’accord avec le thérapeute, la thérapie ne fonctionnera pas. Vous avez besoin de vous sentir en confiance.

      Quant à la méthode de thérapie, celle que je recommande, ce sont les approches basées sur l’éveil de la Conscience, car elles vont aller à la véritable cause de la dépendance pour y apporter une réponse profonde et durable. Ce qui est en jeu dans la dépendance, c’est la relation avec Soi-même, un profond sentiment de manque qui est un manque de Soi. La solution radicale, c’est l’éveil de la Conscience, autrement dit aller à la rencontre du Vrai Vous, telle que vous êtes Vraiment et qui ne connait aucun manque.

      J’espère que cela vous aidera, bon cheminement à Vous, Marc.

  27. Caroline says:

    Bonjour,
    je découvre votre site dans le cadre de ma recherche en ressources sur la façon de se libérer de la dépendance affective dont je viens de prendre conscience (44 ans). J’ai bien compris le mécanisme et ses causes mais je n’arrive pas à identifier la blessure. Pouvez-vous m’aiguiller ?
    Bien à vous
    Caroline

    • Marc says:

      Bonjour Caroline,

      vous trouverez la blessure non seulement dans la façon de vour percevoir et de percevoir la Vie (comme une victime en résumé), mais surtout dans un sentiment de manque, de perte de sens, de peur de la mort, dans une activité du corps faite de résistance et de recherche, rendant la détente sereine qui fait partie de notre état naturelle de courte durée.
      En réalité, cette blessure est tellement présente que nous nous y sommes habitués en quelque sorte et que nous la percevons plus.
      C’est donc souvent, par contraste, dans les moments de bonheur, que nous pouvons réaliser à quel point cet étau nous réduit notre joie de vivre et nous amène à nous contenter des miettes (comportement de la dépendance affective) au lieu du gâteau en entier (l’Amour véritable).

      En étant à l’écoute de votre ressenti corporelle, vous pourrez la percevoir de plus en plus. Si en cet instant vous n’être pas pleinement heureuse, c’est que cette blessure est active !!!

      J’espère que cela éclaire, bien à Vous et belle exploration, Marc.

  28. Déborah says:

    Bonjour Marc, je viens de tomber sur votre vidéo, car je faisais des recherches depuis très longtemps sur ce sujet mais sans mettre le doigt sur le vrai problème. Depuis toujours je me sens seule,et je me coupe des sentiments qui vont vers les autres comme si ils ne comptaient pas pour moi, pour me « protéger », du coup je ne gardes pas particulièrement le contact avec les gens que j’apprécie. J’aime être apprécié de tous et c’est ce qui arrive en général, même si quelqu’un est faché à un moment envers moi à un moment donné, j’arrive juste en discutant à faire que les relations vont mieux. Je ne supporte pas que quelqu’un ne m’apprécie pas. Dernièrement, j’ai commençé à beaucoup apprécié quelqu’un qui à une bonne part de dépendance affective, plus que moi, mais je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite. Il était toujours en demande de reconnaissance, de confirmation que je l’aimais et ca a raisonné en moi, et je me suis rendue compte que j’étais toujours en demande de calins, d’attention. la dépendance s’est manifesté différemment mais c’est manifesté tout de même…
    Mais je ne me suis pas sentie très bien dans cette relation, quand il me sollicité pour que je confirme mes sentiments, je me sentais pas bien. Ca m’as fait peur, j’ai donc arrété cette relation qui me semblait malsaine pour moi, et c’est là qu’un manque encore plus important est apparu. Lui à coupé les ponts et moi, comme a mon habitude, j’ai continué d’essayer de discuté avec lui, jusqu’à qu’il accepte que je l’apprécie et aie une meilleure image de moi.
    Bref, j’ai vu votre vidéo et quand vous parliez d’élément déclencheur, et je suis quasiment sûre de savoir quel est l’élément déclencheur, déjà mes parents n’étaient pas affectueux ni communicatif. Et quand j’avais 3 ans et demi, je me suis fait attouché sexuellement par un voisin, personne n’as voulu me croire, et je n’ai senti aucun soutien de mes parents, personne pour me cajoler, ni pour me soutenir. Je me suis sentie atrocement seule, je m’en rappelle encore. Puis mon cerveau à crée un trou de souvenirs de 3ans et demi à quasiment 9 ans. Ma mère était dans la position de « victime »( en psychologie), tout en étant aussi « bourreau », elle était toujours en persécution psychologique et physique. Du coup, dans cette situation , l’estime de soi est difficile.
    Je sais que tout vient de cet évènement, mais impossible de débloquer quoi que soit.
    En ce moment, je fais de la micro kiné, du déblocage émotionnel, beaucoup de choses vont mieux mais le manque affectif n’est jamais atteint par le déblocage émotionnelle.
    Je ne sais plus trop quoi faire. Je suis consciente d’énormément de choses, j’ai travaillé sur moi depuis l’adolescence pour arriver à être moi, mais je pense que je ne m’apprécie pas encore.
    Il reste encore beaucoup de blocage à déverrouiller, je m’en rends bien compte.
    Je pense qui faudrait que je prenne rendez vous avec un psychothérapeute mais je ne sais pas vers quelle méthode me tournait, il en existe tellement mais laquelle conviendrait le mieux à ma situtation, je n’en sais rien, je n’ai pas de recul sur ces méthodes pour choisir la bonne.
    Pouvez vous m’aider ?
    Merci de votre écoute

    • Marc says:

      Bonjour Deborah,

      en réponse à vos questions, il y a beaucoup de thérapeutes, d’outils et de manières de cheminer, mais un seul chemin vers la guérison, le chemin vers Soi.
      Si vous voulez vraiment trouver la Joie de vivre, alors quel que soit la thérapie ou la méthode, choisissez le chemin qui vous ramène au Vrai Vous. Ne vous contentez pas de soulager les symptômes ou d’utiliser une approche qui vous permet de les supporter en vous anesthésiant, la voie de la guérison est celle qui vous amène à lâcher les fausses identifications qui causent toute cette souffrance.

      Quand vous cheminez vers Vous-même, les histoires ne sont plus importantes, car le passé et tout ce qui vous est arrivé ne détermine plus comment vous vous sentez Maintenant.

      Avez-vous envie d’aller dans la profondeur de Vous-même, au-delà de ce que vous croyez être ?

      Quoi que vous choisissiez, réfléchir plus ne va pas beaucoup vous aider, la souffrance et les problèmes sont justement dans ce mental qui réfléchit bien trop aux histoires qui le font souffrir.

      Préférez plutôt la voie de la décision et de l’Action accompagné des prises de conscience salutaires.
      Engagez-vous dans une démarche, avec un thérapeute en qui vous avez confiance, avec qui vous avez envie de travailler pour vous libérer et être heureuse ! Choisissez un outil que vous aurez de la Joie à pratique, que ce ne soit pas un devoir ou une corvée. Les meilleurs outils se pratiquent par plaisir.
      Et si vous voulez que les niveaux profonds se libèrent, comme je l’ai écris, choisissez un approche d’éveil de la Conscience, qui vous ramène au Vrai Vous !

      Est-ce que cela répond à votre question ?

      Bien à Vous, Marc.

  29. Clara says:

    Bonsoir Marc
    Je parcours votre site et je vous remercie pour votre générosité.
    Je vis une relation depuis 4 ans avec une personne qui montre des signes de plus en plus forts de dépendance affective envers moi. Je ressens de l’amour pour cette personne mais je pense que je ne suis plus amoureuse. Il est bien difficile pour moi d’être la seule et unique raison d’être, le centre de gravité, la béquille émotionnelle et affective de quelqu’un d’autre et je m’éloigne et mets de la distance ce qui attise la dépendance, le manque et la douleur de l’autre et qui est très lourd à porter pour moi. J’ai déjà essayé de rompre mais çà a été traumatique et je me suis sentie écrasée de culpabilité et par la douleur que je causais si bien que cette tentative a échoué.
    Comment puis-je aider mon partenaire à prendre conscience de cette dépendance sans pour autant qu’il panique et qu’il interprète ma démarche comme une nouvelle tentative de rupture ? Si lui me disait demain, je souhaite te quitter (nous ne vivons pas ensemble tout à fait nous avons chacun un « chez soi ») ne t’inquiète pas j’ai des projets et je vais m’accomplir et être heureux, je serais à la fois triste mais aussi heureuse pour lui et soulagée sans doute. Il a en fait des projets mais ces projets sont uniquement à vocation de me gâter, me faire plaisir, « réaliser mes rêves » etc alors que je ne demande rien.
    Comment l’aider, comment m’aider… ? Avec mes remerciements

    • Marc says:

      Bonjour Clara,

      désolé, j’avais zappé votre commentaire et il ne remonte qu’aujourd’hui dans mon fil.
      Pour aider votre partenaire, voici quelques suggestions :
      – Il est important déjà de différencier la décision de le quitter de la dépendance affective. Je vous invite à traiter ces aspects comme 2 sujets différents. En prenant conscience, que le véritable sujet, ce n’est pas de la quitter, ni même la dépendance, mais la qualité de la relation que vous avez. Commencez donc à parler de ce que vous vivez dans cette relation plutôt que de sa dépendance ou de la décision de le quitter ou pas.
      – Il s’agit donc de parler de Vous, de ce que vous vivez dans la relation de ce vous appréciez, de ce que vous voulez, de ce que vous ne voulez plus, de ce que vous avez besoin. Commencez par ouvrir votre Coeur est une des meilleures manières que l’autre se sente libre de l’ouvrir aussi.
      – Il s’agit également d’être à l’écoute de votre partenaire. En procédant avec des questions plutôt que des affirmations, vous avez bien plus de chance qu’il ne se mette pas sur la défensive. Écouter ses réponses pour comprendre ce qu’il vit et non pour le convaincre qu’il a un problème et que la rupture l’attend au coin. Je vous suggère donc une attitude ouverte, bienveillante.

      Dans ce genre de discussion sincère, il est d’abord important de veiller à la qualité de la relation. Cela revient à appliquer les principes de la Communication Non-Violente dans vos échanges, ce qui vous permet de tout dire avec les mots et attitudes justes dans l’instant.

      À un moment, vous vous sentirez prête à dire que vous n’êtes plus amoureuse et que vous envisagez de le quitter. Vous pourrez aussi exprimer l’essentiel de ce que vous avez mis dans ce message.

      Ce qui ressors aussi, c’est que si cela vous semble trop difficile, alors il y a d’abord besoin d’une étape intermédiaire qui peut être soit :
      – Aller travailler sur votre culpabilité de le quitter et faites-vous accompagner pour cela.
      – Ou bien aller voir ensemble un thérapeute (thérapie du style Imago par exemple) qui sera créer le cocon pour cet échange de Coeur à Coeur.

      Vous pouvez aussi y aller très progressivement, pas à pas, et commencer à lui exprimer vos ressentis et à écouter les siens. peu à peu, l’échange s’approfondira.

      J’espère que ces quelques conseils vous seront profitables, bien cordialement, Marc Fleuriet.

      • Clara says:

        Bonsoir Marc,
        Merci infiniment d’avoir pris le temps de me répondre avec sagesse et bienveillance et de m’aider à bien distinguer les choses. Je pense aussi en effet qu’une approche progressive, tout en douceur est la seule possible… mais parfois je me dis aussi que c’est une fuite en avant de ma part. Je suis en train de lire le livre « Vaincre la dépendance affective » de Sylvie Tenenbaum. Je me demande si ne nous sommes pas tous un peu dépendants affectifs à des degrés différents finalement. Etre amoureux c’est déjà se mettre en position de dépendance, mais ce n’est pas perdre l’estime de soi. Là est peut-être la différence.
        La communication non-violente, j’avais un peu potassé quand mon fils était petit, bonne occasion de s’y remettre… il approche l’adolescence çà pourrait servir.
        Je renouvelle mes remerciements.
        Clara

        • Marc says:

          Bonjour Clara,

          En effet, une approche progressive et en douceur même si ce n’est pas la seule possible est celle que je recommande dans le cas général. C’est chaque jour, faire de votre mieux pour avancer vers ce qui vous inspire.

          Faites-vous confiance, avec du courage qui est la force du Coeur, vous pouvez vous libérer de l’esclavage de la dépendance. Explorez, expérimentez, trouvez du soutien et vous constaterez que les choses s’améliorent pour vous.

          Concernant votre remarque, Oui, nous sommes bien tous plus ou moins dépendant, car cet Amour est fondé sur le manque et non sur la reconnaissance de notre véritable nature qui est l’Amour. J’en parle dans cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=QxsGs-rkmBo

          Belle continuation et bien cordialement, Marc.

  30. Gérard says:

    Bonsoir Marc,
    Depuis janvier ma femme a trouvé un nouveau travail où elle s’épanouir totalement. Ça devrait me réjouir mais du coup sa vie d’avant ne lui convenait plus… et elle s’est jetée à corps perdu dans le travail nous délaissant les enfants et moi. J’ai meme heu a une relation extra conjugale avec sa patronne !! Elle me dit ne plus me reconnaître et aujourd’hui nous avons décidé de fair d’un break pour qu’elle puisse prendre le recul qu’elle n’arrivait pas à prendre en étant avec moi. Mais voila depuis qu’elle a quitté la maison je ne supporte pas de ne plus l’avoir avec moi, les seules nouvelles que nous échangeons tournent autour des enfants.
    G perdu l’appétit (et les kilos du coup) je n’arrive pas à imaginer ma vie sans elle, mais aujourd’hui je suis tributaire de son choix de revenir ou non et je me rends compte que je suis totalement dépendant affectivement de ma femme. Je donne énormément (sentimentalement, matériellement, sexuellement) et suis rarement satisfait du résultat… mais jusqu’à présent sa présence me suffisait car c’est une personne qui ne montre pas beaucoup c sentiments.
    Comment puis-je réussir à me débarrasser de cette dépendance que j’ai vis-à-vis d’elle tout en continuant à l’aimer ?? Je ne veux pas qu’elle me quitte mais je ne peux pas rester toute ma vie comme ça!!!

    • Marc says:

      Bonjour Gérard,

      la dépendance n’est qu’un symptôme qui indique un manque d’estime et d’Amour de Soi. Puisque vous désirez vous débarrasser de la dépendance, alors je vous recommande de vous occuper de la cause de cette dépendance.
      Ce qui veut dire, tourner votre regard vers l’intérieur, vers vous-même, apprendre à vous connaitre et vous reconnaître pour trouver cet Amour en Vous plutôt que de le chercher désespérément à l’extérieur par votre femme.

      La dépendance n’a rien d’inévitable, elle nécessite seulement une démarche pragmatique et résolu, de cesser de donner à l’autre pour vous donner à vous-même. Cela suppose le plus souvent un accompagnement sérieux.

      Je ne parle pas ici d’une « analyse » qui ne fait que remuer les problèmes sans apporter de solution durable. Je parle d’un accompagnement en profondeur, qui, en quelques semaines, va vous permettre de revivre et de vous sentir bien plus libre et heureux.

      Ce que vous vivez et qui vous fait tant souffrir n’est que la conséquence d’un vieux schéma, avec une approche correcte et pragmatique, cela ne sera plus qu’un vieux souvenir. A vous de voir, à vous de jouer et de décider si c’est le bon moment pour vous de passer à un autre cap, d’être libre affectivement, de gagner en maturité émotionnelle, de vous donner le droit d’être heureux et de faire ce qu’il faut pour cela.

      Pour commencer, je vous suggère de laissez votre sagesse intérieure vous guider et de juste faire sincèrement de votre mieux. Que décidez-vous Maintenant, par Amour de Vous-même ?

      Bien cordialement, Marc Fleuriet.

      • Gérard says:

        Bonjour et merci pour votre reponse aussi rapide!!! Oui je désire par dessus tout être heureux mais également avec ma femme et mes enfants !!
        Je vais donc me recentrer sur moi même, je laisse ma femme prendre son recul sans l’appeler ou quoi que ce soit et je suis dans une phase ou j’essaie de me ré-apprendre à me faire plaisir!! En me posant cette question dans les actions de la vie quotidienne « et moi qu’est ce que je veux, que que j’aime… ». C’est juste pas facile apres de nombreuses années à s’être oublier pour autrui de devenir « égoïste »…
        En tout cas merci pour votre soutien Marc.
        Amicalement

        • Marc says:

          Bravo Gérard, cette souffrance indique qu’il est temps que vous preniez soin de vous-même. Le tout premier Amour de votre Vie, c’est Vous.
          La liberté émotionnelle et relationnelle et affective peut passer par cette phase utile et parfois nécessaire de se retrouver avec Soi, pour apprendre à se connaitre et s’aimer et ainsi ne plus quémander à votre femme et aux autres ce qu’on peut et sait s’apporter par Soi-même.
          Cela va vous permettre de retrouver par la suite des relations saines, équilibrées et basées sur la complétude et le partage plutôt que le manque.
          Mais ne voyez pas cela comme « égoïste », car ce terme est connoté négativement et cela ne va pas vous aider de vous voir comme cela. Il s’agit d’un acte d’Amour, donc d’être « altruiste » envers vous-même, en vous incluant en priorité dans l’Amour que vous donnez. C’est en plaçant l’Amour de Vous en premier qu’il va déborder et rayonner.

          C’est pour cela que si partager votre Amour avec votre femmes ou d’autres est important, alors vous devez commencer par vous donner cet Amour pour pouvoir ensuite le redonner.

          Le principe est le suivant : vous ne pouvez donner aux autres que l’Amour que vous vous êtes d’abord donné. C’est comme pour récolter, il vous faut d’abord semer (S’Aimer).

          Amicalement et belle continuation sur ce chemin d’Amour de Soi, Marc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.