Soignez vos blessures du passé, soignez votre vie

Blessures du passéS’il y a bien un sujet qui peut changer radicalement votre vie, c’est bien de vous libérer de ce qui est communément appelé vos “Blessures du passé” (parfois aussi nommées « Blessures de l’âme » ou « Blessures émotionnelles » ou encore « Blessure de l’enfance ».

Ana a déjà abordé ce sujet dans cet article « Pourquoi est-il important de soigner ses blessures émotionnelles ».

Je reviens sur ce sujet aujourd’hui, car j’ai remarqué qu’il est souvent mal compris et négligé. Je connais bien le sujet des blessures du passé, tant pour avoir travaillé à la guérison de mes propres blessures que pour avoir accompagné de nombreuses fois des individus dans leur chemin de libération de leurs blessures, notamment durant des séances de coaching de l’Être ou lors de stages de libération des blessures. Le résultat a été stupéfiant …

Bien des fois, j’ai vu la personne accompagnée se transformer à l’issue de la première séance de coaching, soulagée et joyeuse.

Je trouve dommage que certaines personnes n’envisagent pas de soigner leurs blessures du passé juste parce qu’elles n’ont pas entendu le point de vue des thérapeutes qui savent comment se libérer des blessures du passé et qui ont réussi à le faire. Avec l’éveil de la Kundalini, c’est durant les séances de guérison des blessures que j’ai  vu le plus de transformation spectaculaire.

Souvent, diverses fausses croyances utilisées comme des excuses reviennent pour éviter d’entreprendre le travail de guérison des blessures du passé. Voici 3 de ces principales fausses croyances , leurs implications et les solutions que je propose.

Première fausse croyance : “Je n’ai pas de blessures”.

Bien sûr, c’est faux, tout le monde a des blessures. La politique de l’autruche ne fonctionne pas longtemps. Non seulement le déni des blessures ne les rend pas inactives, mais au contraire, avec le temps, les blessures qui ont été ignorées peuvent remontées à la surface et s’activer pour devenir de plus en plus virulentes pour vous réveiller.

Et même si, en ce moment, votre vie est plutôt agréable, sachez qu’il y a un immense gisement d’Amour enfoui au coeur de vos blessures. Il vous sera difficile d’améliorer de façon significative votre Vie et de réaliser vos rêves tant que restera enfoui en Vous votre trésor. Car même lorsque vos blessures ne vous rendent pas la Vie infernale (c’est-à-dire quand vos blessures ne sont pas activées), elles limitent sérieusement les possibilités d’évolution de votre expérience de Vie.

À l’origine de cette fausse croyance est l’ignorance. La plupart des gens ne savent même pas ce qu’est une blessure du passé.

Solution : Reconnaitre que vous avez des blessures est une des toutes premières étapes pour pouvoir vous en libérer, mais c’est aussi une des plus simples puisqu’il suffit de vous informer au sujet des blessures.

Lisez le classique de Lise Bourbeau Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même et mes autres articles sur ce sujet, vous verrez à quel point, comme chacun,  vous êtes aussi concerné.

Deuxième fausse croyance : “Soigner ses blessures, ce n’est pas très important”.

Cette croyance limitante est redoutable, car même si vous avez admis que vous avez quelques blessures du passé qui vous limitent, vous ne ferez rien pour vous libérer du poids de ces blessures.

Souvent, lorsque j’aborde le sujet de la guérison des blessures du passé, les personnes me répondent qu’elles le feront plus tard, quand elles auront le temps ou l’argent. Pourtant, qu’est-ce qui peut être plus important que d’améliorer significativement la qualité de votre vie et de votre bien-être ?

C’est comme reporter un rendez-vous chez le dentiste : plus vous prenez rendez-vous tard, plus l’opération risque d’être longue, douloureuse ou couteuse. Et dans tous les cas, vous souffrez plus longtemps en attendant ce rendez-vous.

Les blessures du passé sont un peu comme les cancers, elles ont tendance à se développer même si vous ne souffrez pas pendant des années. Et quand elles se révèlent, il est bien plus délicat de s’en libérer que si elles avaient été prises dès le début.

Aujourd’hui, grâce au développement des thérapies basées sur l’Être Créateur (appelé aussi Être intérieur), ou de certaines formes de coaching comme le coaching de l’Être, soigner une de vos blessures ne prend que quelques séances (souvent une seule suffit).

Cela ne prend donc ni beaucoup de temps, ni beaucoup d’argent. Rien à voir avec les thérapies d’antan. J’ai suivi une thérapie traditionnelle pendant plus de 20 ans sans jamais me libérer d’une seule de mes blessures. Pourtant, en avril 2004, grâce à une approche basée sur l’Être Créateur, j’ai accompli plus de chemin sur la libération de mes blessures du passé que durant les 20 dernières années avec une méthode “classique”.

Solution : Vous informer au sujet des blessures ne suffit pas, car cela ne concerne que le plan intellectuel. Comprendre à quel point vous libérer de vos blessures du passé peut transformer votre vie ne suffit pas non plus si cette compréhension ne passe que par la tête. Ce qu’il vous faut, c’est réaliser l’impact que la guérison de vos blessures va avoir dans votre vie.

Me croire sur parole ne peut pas faire cela, c’est l’expérience de la réalité, c’est à dire du processus de libération des blessures lui-même qui peut vous apporter cette réalisation.

Troisième fausse croyance : “Soigner ses blessures, cela fait souffrir”.

Cette troisième fausse croyance arrive en dernier, car même

  1. même si vous reconnaissez que vous portez en vous des blessures du passé,
  2. même si vous reconnaissez qu’elles vous affectent et par conséquent vous avez envie de les soigner,

vous risquez de ne pas le faire si vous croyez que pour vous libérer des blessures, il est nécessaire de souffrir.

Cette fausse croyance est tout à fait compréhensible si vous faites le parallèle entre une blessure du passé et une blessure physique. À l’origine d’une blessure physique, il y a un impact, une douleur est des dommages au corps. Un processus naturel de cicatrisation se met alors en place. Il vise à la fois à soigner la blessure, mais aussi à la protéger. Lorsque la blessure physique est trop profonde, le mécanisme naturel de guérison n’est plus suffisant, la blessure cicatrise comme elle peut à la surface, mais la blessure reste en profondeur. Pour la soigner, il faut opérer et donc rouvrir la plaie.

Il en est de même avec une blessure du passé : un mécanisme (appelé “Masque”) visant à éviter la douleur qui a causé la blessure s’est construit. Mais pour pouvoir soigner la blessure en profondeur, il va falloir passer au travers de ce mécanisme de défense. La peur de soigner sa blessure vient donc directement de ce mécanisme de défense : tout ce qui tente d’approcher d’un peu trop près de la blessure risque d’être pris comme une source de douleur possible.

Et il est vrai que certaines thérapies confortent cette croyance puisqu’elles sont basées sur le fait de retourner dans le passé pour revivre l’expérience qui a causé la blessure. Ce qui est très vite assimilé à revivre la douleur de la blessure, puisque cette expérience était justement douloureuse. Alors, pas étonnant comme pour l’exemple des personnes qui retardent leurs rendez-vous chez le dentiste, tant de personnes ne soient pas pressées d’aller se libérer de blessures qui les affectent tous les jours (mais d’une souffrance à laquelle elles ont fini par s’habituer) pour éviter d’aller à la rencontre d’une douleur qu’elle croit bien pire.

Bien entendu, c’est le contraire qui est vrai : ne pas soigner ses blessures est un moyen très sûr pour continuer à souffrir (de plus en plus). Les thérapies basées sur l’Être Créateur ne vous font pas souffrir, elle vous soulage et vous libère. Car souffrir à nouveau n’est pas libérateur,  ce qui l’est, c’est de mettre plus de conscience et d’Amour sur cette blessure du passé. Ce qui guérit, ce n’est pas de retourner dans le passé, c’est de rester présente avec ce qui émerge du passé, d’y faire face et de constater que lorsque les pensées, images et émotions du passé sont observées et accueillis dans l’instant présent, il n’y a plus de souffrance, mais une libération.

Solution : si vous croyez encore qu’il y a plus de risque à se libérer de ces blessures du passé qu’à vivre avec, alors rencontrez des personnes qui ont déjà entrepris un travail sur leurs blessures. Vérifiez aussi qu’elles se sont libérées et vérifiez aussi qu’elles ont bien utilisé des approches basées sur l’Être Créateur (ou la conscience, l’instant présent, le Soi, la connexion à l’énergie de Vie, etc.).  Par exemple, la Gestalt-thérapie, la communication non-violente, le focusing, The Work, le dialogue intérieur, etc., il y en a tant maintenant ! Demandez-leur alors si elles ont souffert. Et si elles regrettent d’avoir pris la décision de se libérer de leurs blessures du passé.

Vous pouvez aussi commencer par soigner des situations qui ne sont pas très douloureuses pour vérifier par vous-même que le processus de guérison ne passe pas par la case souffrance. Soigner des situations faciles vous donnera assez de confiance et de sécurité pour aborder progressivement des blessures de plus en plus profondes et douloureuses. Seul le premier pas compte même s’il est petit, car il amorce les pas suivants.

Alors, n’attendez plus, passez à l’action dès aujourd’hui. Inscrivez-vous à un séminaire de libération des blessures du passé ou contactez un thérapeute ou un coach de l’Être qui travaille au niveau le plus profond, celui de l’Être Créateur.

En une seule séance, vous sentirez la différence. La différence qui existe entre subir sa Vie et la créer. Une seule séance qui peut tout changer comme celle d’avril 2004 qui a changé la mienne. En une seule séance, vous pouvez faire l’expérience décisive et réaliser que vous avez toutes les ressources en Vous pour faire face à n’importe quelle situation qui s’est présentée dans le passé et pourrait se présenter à l’avenir. Une seule séance qui peut révéler le pouvoir qui est en Vous, qui est Vous.

Dans de prochains articles, j’entrerai plus en détail dans les moyens concrets pour vous libérer de vos blessures du passé de façon aisée, en particulier avec la thérapie de l’Être et le coaching de l’Être.

En attendant, faites-moi part de vos expériences, succès et questions dans le champ commentaire ci-dessous, j’y répondrai avec plaisir.

About Marc

Passionné par la vie, je partage mon expérience de l'éveil de la conscience et du développement du potentiel humain à la fois par ce blog et mon activité de coaching de l'Être.
This entry was posted in Blessures du passé, Les bases and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to Soignez vos blessures du passé, soignez votre vie

  1. Caezar says:

    Bonjour,

    Vous dite qu’il est important de soigner ses blessures du passé… Cependant, vous ne donnez pas de méthode ici pour se libérer d’anciennes émotions par soi-même… Il me semble qu’il serait intéressant d’en proposer quelques unes, dans la mesure où, si l’on a réussi à créer un problème au plus profond de sa psyché, on devrait être en mesure de le résoudre seul, puisque nous sommes des créateurs… Pourquoi chercher à l’extérieur ce qu’on peut trouver à l’intérieur?

    • Marc says:

      Bonjour Caezar,

      Il est bien sûr possible de se soigner seul de ses blessures du passé, mais je ne le recommande pas et c’est la raison pour laquelle je ne donne pas de méthodes pour s’auto-soigner dans l’article.

      En effet, ce serait aussi délicat que de vouloir soigner soi-même une blessure physique profonde en se faisant une chirurgie par exemple.

      En accédant à nos blessures, nous accédons à la zone la plus vulnérable de nous-mêmes, nous perdons (en apparence) une partie de nos moyens et nous prenons le risque de nous blesser encore plus si nous ne savons pas exactement ce que nous faisons.

      J’en ai fait moi-même l’expérience, mon chemin d’éveil s’est approfondi en 2006 lorsque j’ai décidé de ne plus faire cavalier seul. Le miroir que m’ont apporté les autres m’a aidé à me libérer de certaines problématiques dont je n’avais aucune conscience. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que j’avais besoin de soutien et que je n’osais pas demandé. Apprendre à demander à changer ma vie.

      Et ce n’est pas pour rien que c’est ce que c’est le premier changement que préconise Neale Donald Walsh dans son livre « Quand tout change, changez tout ».

      Nous sommes toujours créateurs : nous créons les blessures du passé puis nous attirons toutes les personnes et ressources nécessaires pour la guérison de ces blessures. Ce n’est pas que nous en ayons besoin, ce sont juste des moyens que nous choisissons pour faire l’expérience de la guérison des blessures.

      S’il est délicat au début de vouloir soigner ses blessures seul, en revanche, après avoir été accompagné dans les processus de guérison, il devient de plus en plus facile de soigner ses blessures soi-même.

      C’est le but des stages de guérison et des thérapies : amener à l’autonomie la personne accompagnée, jusqu’au stade où elle réalise qu’elle n’a besoin de rien. C’est le stade de la maîtrise.

      Pour répondre à ton commentaire de façon plus précise, ce sont les mêmes méthodes qui sont utilisées pour soigner ses blessures du passé accompagné ou seul comme la Gestalt-thérapie, la communication non-violente, le focusing et tant d’autres approches thérapeutiques de l’Être Créateur.

      En fin de compte, chercher à l’extérieur ce qui se trouve en vérité à l’intérieur fait partie du jeu de la Vie. Tôt ou tard, l’extérieur qui est un miroir de l’intérieur nous ramènera à sa source…

      Coeurdialement, Marc.

  2. Beltramini says:

    Bonjour , je vous remercie pour vos ecris inspirants ,je sens moi meme le besoin et cherche en quelque sorte à me libérer de certaines choses . Je me sers de la « méditation analytique » ( il s’agit de calmer lesprit puis observer ses pensées en vipassana puis visualiser une représentation dun problème précis , on éloigne cette image au loin jusqua la contempler toute petite inoffensive , et sans aucune émotion ) ça a déjà donne un résultat objectif de libération émotionnelle il y’a un an et j’essaie de my atteler plus sérieusement . Alors que pensez vous de cette méthode , ? La votre s’en approche telle dans le principe? Je me destiné également à être thérapeute et suis donc intéressé par tout ce qui fonctionne :) pour enrichir la formation dosteopathie que je fais .Combien coûte un essai d’une séance? Le thérapeute aide t’il a démasquer les blessures? Fourni t’il une méthode que nous pouvons pratiquer? (combien de temps pour être autonome comme vous écrivez sinon?)

    • Marc says:

      Bonjour,

      Merci pour cette description de la « méditation analytique » que je ne connaissais pas, mais qui a l’air intéressante.

      Cette « méditation analytique » a certaines similitudes avec les approches que j’utilise dans les séances de thérapie, de coaching de l’Être ou dans les stages. Par rapport à l’approche du coaching de l’Être que je pratique et j’enseigne, il y a une similarité au niveau du principe d’accueillir et d’inclure l’énergie du problème dans le champ de la présence pour le libérer.

      Je ne peux me prononcer plus sur cette méthode de méditation analytique sans en savoir davantage, et surtout sans l’avoir pratiquée. C’est l’objet de ce site : je parle avant tout de ce que j’ai expérimenté.

      Le coaching de l’Être que je pratique et enseigne est une approche globale, ce n’est pas un outil ou une méthode avec un protocole précis. Il y a 5 bases et quelques principes qui peuvent être déclinés dans une multitude d’outils ou de techniques.

      Mais l’essentiel, c’est l’Être.

      Bienvenue dans le monde des thérapeutes. Le plus gros du travail pour devenir thérapeutes, c’est le travail sur Soi, le reste, ce n’est que des techniques, outils qui peuvent s’acquérir très rapidement. Et cela d’autant plus que la tendance actuelle va vers des outils de plus en plus simples.

      Puisque vous êtes intéressé par la thérapie et ce qui fonctionne, je ne peux que vous recommander la vidéoconférence gratuite que je donne mardi prochain, le 17 juillet.
      Vous pourrez en savoir plus en allant sur cette page : http://www.etrecreateur.com/conferences/conference-liberez-vous-de-votre-souffrance-maintenant/

      Pour vous inscrire directement à la vidéoconférence, cliquez sur ce lien : https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dHJjaFRfRVJzbDJYcU40NktXUnc3TXc6MQ

      La séance d’essai de thérapie de l’Être ou de coaching de l’Être est gratuite.

      Toutefois, elle est plus courte qu’une séance classique et se fait le plus souvent par téléphone ou par Skype.

      Le but de cette séance d’essai est que chacun puisse se rendre compte par lui-même si ce type d’approche lui convient pour décider en connaissance de cause.

      Pour démasquer une blessure, c’est-à-dire d’identifier quelles sont vos blessures principales, une seule séance est suffisante. Ce processus d’identification est assez rapide, ce qui peut être plus long c’est de traverser cette blessure.

      Et là aussi, en une seule séance de thérapie de l’Être, il est possible non seulement d’identifier sa blessure, mais aussi de la décharger et de réintégrer son énergie au niveau de l’Être, et finalement d’être suffisamment autonome pour poursuivre le travail sur cette blessure ou une autre.

      La réponse à votre question est donc : Oui, une seule séance suffit pour que vous soyez autonome, vous pouvez pratiquer la méthode sur vous-même dés la fin de la première séance. C’est l’intérêt d’une approche globale : elle intègre à la fois des éléments de thérapie, de coaching, de formations et de conseils.

      Par contre, l’intérêt de prendre plusieurs séances, c’est d’aller plus vite. Et certaines personnes préfèrent se sentir soutenues dans des zones particulièrement vulnérables.

      Chacun choisit donc ce qui lui convient le mieux, l’approche que j’utilise s’adapte aux besoins de celui qui le demande.

      J’espère que ceci a répondu à vos questions.

      Au plaisir d’échanger, Marc Fleuriet.

  3. André says:

    Je suis interessé par vos services car je me sens blessé et je vis même les consequences. Seulement, je s8 en Afrique plus précisement au Burkina Faso. Que faire? Est-ce possible de m’accompagner via internet?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.