Contrôler ou Maîtriser sa Vie ?

Controle-MaitriseCes derniers temps, je parle souvent de comment passer du contrôle sur sa Vie à l’art d’être maître de sa vie.

La difficulté, c’est que ces termes sont souvent confondus : contrôler sa vie ou la maîtriser, n’est-ce pas la même chose ? Et plus encore, pour maîtriser sa vie, ne faut-il pas déjà la contrôler ?

Tant que ces deux notions resteront mélangées, il vous sera difficile de maîtriser votre Vie car vous tenterez d’y arriver par le contrôle. De même, vous aurez du mal à lâcher le contrôle tant que vous croirez que la voie de la maîtrise est une voie de contrôle. Or, c’est précisément en lâchant le contrôle que l’on atteint la maîtrise. Plus encore, tant que nous voudrons contrôler notre Vie, il ne sous sera pas possible de la maîtriser.

Il est donc essentiel de d‘abord comprendre la différence fondamentale entre le contrôle et la maîtrise pour être maître de sa Vie en évitant le piège du contrôle.

La différence fondamentale entre le contrôle et la maîtrise est celle-ci :

  • le contrôle est une stratégie basée sur la peur, la maîtrise est un état basé sur l’Amour.

Vouloir contrôler, c’est avoir peur

Quand nous voulons contrôler quelque chose, c’est que nous en avons peur ou que nous nous y attachons. Il y a toujours un sentiment de peur à la base. Par exemple, la personne qui veut contrôler ce qu’elle mange a peut-être peur de grossir ou d’être malade.

Pire, quand nous cherchons à contrôler quelque chose ou quelqu’un, nous indiquons que nous ne sommes pas maîtres de la situation. Imaginez, lorsqu’un fumeur arrive à s’arrêter par le contrôle, rien n’est acquis. Il suffit d’une cigarette une seule fois pour que ce soit la rechute. Dans sa tête, il est toujours un fumeur, un fumeur qui ne fume plus en se contrôlant et non maître de sa Vie.

De plus, le contrôle pour être maintenu demande une dépense d’énergie constante, c’est une lutte qui finit par être épuisante. La phrase-clef ici est la suivante : ce contre quoi je lutte avec force se renforce.

Quand le contrôle est perdu, c’est la résignation ou l’échec. C’est l’autre face du contrôle : quand nous ne pouvons pas avoir le contrôle, nous subissons, nous sommes la victime des évènements. Nous subissons d’avoir une vie médiocre, d’être malade chaque année, de manquer d’argent ou de ne pas avoir la qualité des relations que nous méritons.

La maîtrise est basée sur la confiance en Soi

À l’opposé du contrôle, la maîtrise est basée sur la détente, l’acceptation et la confiance. Rien à forcer, la maîtrise ne se fait pas dans la lutte contre quelque chose, mais avec. C’est bien moins fatigant quand vous allez dans le sens du courant. La maîtrise est basée sur l’acceptation de la réalité présente parce que vous ne pouvez changer que ce que vous avez d’abord accepté. Ce n’est pas de la résignation. C’est la condition préalable au changement.

Par exemple, si vous avez envie de vous épanouir plus dans la Vie, il est indispensable de d’abord accepter votre état actuel même s’il comporte de la tristesse ou de la colère. Dés que cet état est accepté, vous pouvez l’utiliser pour le transmuter vers l’état désiré. Celui-ci n’est plus un obstacle, mais un propulseur.

Mais ce n’est pas tout, une vérité plus profonde de la maîtrise est la suivante :

Vous êtes déjà les maîtres de votre vie, tout simplement parce que votre essence est la Vie même. La seule chose qui vous empêche de voir que vous êtes déjà maître de votre vie, c’est le contrôle. C’est de croire que vous devez faire quelque chose en plus pour atteindre la maîtrise, qu’il y a des conditions à la maîtrise.

Le contrôle résulte de la croyance que nous sommes séparés de la Vie. Le contrôle résulte de la croyance qu’il y a quelque chose à contrôler et qui peut être contrôlée.

La voie de la maîtrise consiste donc à lâcher le contrôle en réalisant que nous sommes la Vie que nous cherchions à contrôler.

La Vie, les autres et soi-même ne sont pas contrôlables et n’ont pas à l’être. Ce qui se produit est la manifestation de notre maîtrise.

Alors, si vous êtes déjà les maîtres de votre vie,  qu’en est-il des résultats indésirables, expériences désagréables et de tous les problèmes qui se sont produits dans votre Vie ?

Ce genre d’expérience est le résultat des stratégies de contrôles basées sur la peur. Nous créons ce genre d’expérience quand nous croyons être séparés, quand nous croyons que nous n’avons pas la maîtrise et que nous avons besoin du contrôle.

Le contrôle vous amènera toujours à dominer et lutter, ou bien être dominé et à subir. Et dans tous les cas, à être insatisfaits.

Seule la maîtrise vous assure une paix durable et profonde dans votre vie.

Que se passerait-il dans votre Vie si vous abandonniez le contrôle ?

Simplement, vous réaliseriez que vous êtes déjà le maître de votre vie, sans lutte ni effort.

C’est donc le contrôle qui vous sépare de la maîtrise.

Alors contrôle ou maîtrise ? C’est vous qui choisissez.  Choisissez bien.

Posez-moi vos questions dans le champ commentaire ci-dessous et j’y répondrai dans un prochain article.

About Marc

Passionné par la vie, je partage mon expérience de l’éveil de la conscience et du développement du potentiel humain à la fois par ce blog et mon activité de coaching de l’Être.

This entry was posted in Confiance en Soi, Divers and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

7 Responses to Contrôler ou Maîtriser sa Vie ?

  1. Smile says:

    Bonjour, je n’ai pas eu un poste dans mon entreprise auquel je croyais beaucoup, étant en compétition contre une collègue qui était ex amie de la patronne et cocue avec son mari. Bref j’ai l’impression d’avoir été bernée, je ressens beaucoup de colère. J’essaie de calmer cette colère, je n’ai pas le controle sur ses personnes , sur le choix qui a été fait mais je n’arrive pas pour autant à etre zen et relacher la pression en moi.
    Comment faire pour retrouver ma sérénité que j’avais avant tout cela, tellement persuadée que ce serait moi car j’étais justement une personne calme et sereine?

    • karine says:

      Tourne la page et passe a autre chose.

    • Marc says:

      Bonjour Smile,

      vous ne pouvez retrouver la sérénité que vous aviez avant. Mais vous pouvez trouver la sérénité de « Maintenant ».

      Ce n’est pas tout à fait la même chose, car la sérénité d’avant vous accroche au passé, alors que la véritable sérénité est l’émergence spontanée de votre état naturel.

      Et ce n’est pas la personne que vous êtes qui étiez calme et sereine, ces qualités émanent de la présence que vous êtes.

      Ainsi, votre principale erreur vient que vous essayez de retrouver le calme à partir de l’identification à une personne que vous n’êtes pas. La « personne » est par nature réactive et non calme.

      Comment ? Par l’acceptation profonde de votre expérience intérieure : en acceptant que cette situation vous mette en colère, que vous n’ayez pas le contrôle sur ses personnes et pourtant qu’une partie de vous aimerait l’avoir.

      Laissez-vous vivre tout ce qui vous traverse en conscience, y compris la colère.

      J’espère que cette réponse pourra vous être utile d’une quelconque manière. Je partage du mieux que je peux mon expérience sur ce site, mais je sais aussi que la véritable compréhension vient surtout de l’expérimentation et non des explications.

      Bien cordialement, Marc Fleuriet.

  2. smile says:

    Merci marc pour votre réponse. Je pensais il y a peu que ma colère était passée. J’etais plus zen et finalement il en faut peu pour que je vacille et que je ressente de la rancœur au point de la ressentir dans mon corps. Je relativise. Ça ne fonctionne pas. Je suis decue d’avoir pensé un instant que j’aurai le poste alors que tous les signes étaient bien là. Je n’ai pas voulu les voir par excès d’optimisme

    • Marc says:

      Oui, la colère passe, tout passe … et revient aussi !
      C’est pour cela que je recommande une approche centrée sur l’Être Créateur, la seule qui puisse fonctionner sur le long terme, parce que l’Être ne passe pas, il est.

      Lorsque votre repère intérieur est l’Être Créateur et non un état qui, par nature est fluctuant, vous pouvez accueillir et vous laissez traverser par la colère.

      Et tant que votre état intérieur dépend et est conditionné par des situations extérieures, comme avoir ce poste ou ne plus l’avoir, alors il n’est pas possible que ça soit facile à vivre.

      Je vous invite à trouver en Vous ce lieu, qui n’est pas affecté par la colère.

      Vous le trouverez derrière la colère, comme en arrière-plan d’où émane une paix toujours présente. C’est cela qui est vraiment « relativiser », c’est quand vous réaliser que quoi qu’il se passe, cette paix et cet Amour est toujours là, présente en Vous, puisque c’est Vous !

      Au début, cela peut demander de la pratique, du soutien et de l’accompagnement, mais par la suite, cela devient tout à fait naturel puisque c’est votre véritable nature.

      Je vous souhaite une excellent continuation, cordialement, Marc.

  3. Ery says:

    Bonjour Marc,

    Je pense que la colère est tout à fait naturelle. A un certain temps on ne peut pas la contrôler ni la maîtriser. Moi par exemple, j’essaye toujours de me calmer, puisque une fois quand je suis en colère avec quelqu’un, pendant des jours voir des mois ou même des années je ne veux pas parler ou discuter avec cette personne. Je veux me changer, mais j’arrive pas. Est ce que c’est de mon nature? Comment je pourrais changer cette nature. Je veux être heureux, mais comment. Pour moi être heureux c’est aussi de la nature: il y a des gens qui sont nés pour être heureux, d’autres sont nés à vivre dans la pauvreté. Personne ne peut contrôler ni maîtriser sa vie totalement. Tout est comme dans la religion, Dieu nous a créé, Il nous donne la vie (pire ou meilleure), et c’est aussi Lui qui nous appelle à la fin de nos jours. Rien à contrôler, ni à maîtriser. Il faut vivre la vie comme elle est. La vie c’est comme l’électricité il y a le plus (+), le moins(-): s’il manque un de ces borne, il n’y pas de lumière. Imaginer que tout le monde est vendeur, qu’est ce qui va se passer? Ou aussi il n’y a que le jour sur la terre? Je ne veux pas dire qu’on ne peux pas faire des efforts, non, il ne faut, tout simplement, penser que vous pouvez tout tout contrôler ou tout tout maîtriser. La vie, c’est toujours de la surprise!!!
    Merci Marc
    Cordialement
    Ery

    • Marc says:

      Bonjour Ery,

      Oui, la colère est une émotion naturelle, mais ce n’est pas votre véritable nature. Votre véritable nature, c’est l’Amour.

      Si vous désirez ne plus être sous l’emprise de la colère et retrouver votre calme, c’est important déjà de reconnaître que la colère n’est pas votre nature.
      La colère est la gardienne de votre intégrité et de vos valeurs, elle vous signale qu’un de vos besoins n’est pas satisfait, qu’il est important de respecter vos limites. Ce n’est pas en cherchant à être calme que vous allez vous calmer, mais en prenant en compte ce que vous signale la colère.
      Vouloir faire cesser la colère, c’est lutter contre elle, c’est de l’ordre du contrôle et cela va à l’encontre de ce que vous désirez, être heureuse.
      La voie de la maîtrise vous amène à accueillir, comprendre et honorer l’élan de Vie qui se trouve derrière la colère. Pour en fin de compte revenir à votre véritable nature, l’Être Créateur. C’est ce chemin que j’appelle le bonheur.

      Mon expérience, c’est que le bonheur est un choix, je ne crois pas que certains soient nés pour être malheureux. Car même s’il y a différentes conditions à la naissance, plus ou moins favorables à l’épanouissement, la nature fondamentale de l’Être humain est la même. Chacun peut choisir d’aller vers plus d’épanouissement, de bonheur et de Conscience.
      Il n’y a pas besoin de tout contrôler puisque c’est un chemin d’évolution.

      Comme vous le dites, cela n’empêche pas la diversité des chemins et du monde, ça fait partie de la surprise.

      Bien cordialement, Marc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.